Parmi les signataires de la lettre ouverte de Virginie Merle-Tellenne à Ludovine de la Rochère à quelques jours de la marche de la «Manif pour tous» du 5 octobre se trouvait le nom de Pierre de Saulieu. Nommé conseiller délégué aux écoles aux dernières municipales, ce conseiller de la mairie de Nancy était représentant local du mouvement contre l’égalité durant les débats sur le mariage pour tous, une fonction qu’il a affirmé ne plus tenir, comme il l’avait expliqué auprès d’associations LGBT lorraines, inquiètes de voir arriver un opposant à l’égalité aux côtés du nouveau maire UDI Laurent Hénart. «Il nous a affirmé qu’il avait quitté la “Manif pour tous” dès la promulgation de la loi et que poursuivre la ligne du mouvement lui avait paru relever du fanatisme, avait confirmé à Yagg Pascal Dabel, président du Kreuji, la nouvelle maison des associations LGBT lorraines. C’est d’ailleurs ce qu’avait exigé le maire UDI Laurent Hénart, son départ de la “Manif pour tous” était une condition sine qua non à son entrée au conseil municipal.»

Or, jamais le conseiller délégué aux écoles n’avait mentionné son soutien au groupe de Virginie Merle-Tellenne. Contacté par Yagg lundi, le président du Kreuji n’a pas caché sa consternation: «Je l’ai appris hier, et je vais en avertir tous les représentants associatifs du Kreuji. S’il soutient effectivement L’Avenir pour tous, alors Pierre de Saulieu ne respecte pas ce qu’il nous avait dit. Nous allons demander des explications. Nous allons nous réunir avec les membres du bureau et faire parvenir un courrier à la mairie. On ne peut pas laisser passer ça.» Sollicité par Yagg, Pierre de Saulieu n’a pas encore donné suite à nos appels.

Photo Tony Bowden / DR