S’il a échauffé les esprits avec ses propos sur la Queer Palm, force est de constater que Xavier Dolan peut, sur d’autres sujets, mettre tout le monde d’accord. Invité sur Europe 1 pour parler de son film Mommy (en salles demain, mercredi 8 octobre), le réalisateur québécois a vivement critiqué les démonstrations du mouvement opposé à l’égalité, qui était de nouveau dans la rue dimanche 5 octobre:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Manif pour tous : la colère de Xavier Dolan

«Quand vous parlez de choix entre un camp ou l’autre, on parle quand même du choix entre le camp des gens qui peuvent vivre librement, s’aimer, se déclarer leur amour, dans une société moderne, ouverte sur l’autre, et on parle d’un autre camp, qui décide d’ostraciser les libertés individuelles les plus fondamentales des gens, qui ont le droit de s’aimer, tout ça au nom de principes spirituels ordonnés par des religions qui sont conçues pour l’entraide, la tendresse, l’amour, toutes ces notions qui sont bafouées par ces démonstrations de haine et d’intolérance.»

Le réalisateur a poursuivi en pointant du doigt l’attention portée au mouvement anti-égalité par les médias: «C’est pour moi scandaleux qu’en France, vous donniez une tribune, au nom de la libre expression, à des gens qui…» s’emporte-t-il, visiblement ému, avant de s’interrompre puis de conclure: «Le Québec n’a pas une civilisation d’avance, c’est une civilisation qui est dans son temps. La vôtre est en retard, c’est ça le problème.»

Questionné plus tard sur Eric Zemmour, qu’il a croisé samedi dernier sur le plateau de l’émission On n’est pas couché, et dont la prestation a estomaqué l’actrice québécoise Anne Dorval, Xavier Dolan n’a pas souhaité épiloguer: «J’aimerais ne plus accorder une seule seconde de mon existence à cet… à cet être.»