Le jour de la démonstration de force des homophobes de la «Manif pour tous», voila un sondage qui devrait donner à réfléchir l’exécutif et la majorité parlementaire. Contrairement à certaines idées reçues, une majorité de Français est favorable à l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et pour une autorisation de la Gestation pour autrui (GPA).

Un an et demi après l’adoption de la loi Taubira, l’Association des Familles Homoparentales (ADFH) a souhaité mesurer l’évolution des positions des Français sur l’homoparentalité.

Voici les principaux enseignements de ce sondage réalisé par l’Ifop*:

La loi Taubira n’est pas remise en cause
A l’heure où certaines personnalités de l’opposition appellent à une abrogation de la loi Taubira en cas de retour de la droite au pouvoir, cette proposition est majoritairement rejetée par l’opinion: 57% des Français sont opposés à ce que l’on supprime la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe.

L’ouverture de la PMA soutenue par l’opinion
L’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA), actuellement réservée aux seuls couples hétérosexuels souffrant d’un problème de stérilité, est également soutenue par l’opinion française: 53% des Français se disent favorables à l’élargissement de la PMA aux couples de lesbiennes, soit une proportion en hausse de six points par rapport à la dernière mesure de l’Ifop réalisée en plein débat sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe (47% en janvier 2013).

Une majorité favorable à l’autorisation de la GPA
La majorité des Français (55%) est favorable au principe d’autorisation de la GPA en France dans un cadre réglementé, sachant qu’elle est interdite à tous les couples, quel que soit leur statut marital ou leur orientation sexuelle. Mais les Français restent en revanche majoritairement opposés (à 59%) au fait d’autoriser la GPA pour les couples d’homosexuels.

L’homoparentalité de plus en plus acceptée
On observe une acceptation croissante du principe d’homoparentalité si l’on en juge par la proportion de Français estimant qu’un enfant peut s’épanouir de la même manière dans une famille avec deux parents du même sexe que dans une famille avec un père et une mère (52 à 54%, contre 38% en juin 2000). Leur point de vue sur le sujet varie peu en fonction du type de couple homosexuel : 54% des personnes interrogées estiment qu’un enfant peut s’épanouir de la manière avec deux mères, contre 52% avec deux pères. Pour six Français sur dix (61%), un couple d’homosexuel-le-s vivant avec ses enfants constitue aujourd’hui une famille à part entière.

Dans son communiqué de presse, l’ADFH réagit aux résultats de ce sondage en affirmant «que les familles homoparentales s’inscrivent progressivement dans notre société au même titre que les autres familles. L’association se félicite que les Français soient solidaires, généreux. Ils ont une «vision heureuse du don de gamètes (PMA) ou d’engendrement (GPA) qui permet de faire famille.
Pour l’ADFH, la «Manif piur tous» est un amalgame de toutes les crispations, de clivages qui sont le fonds de commerce d’une droite en panne, de clichés et de slogans démagogiques que les Français ne soutiennent pas.»

Suite aux déclarations du Premier ministre, l’association rappelle à Manuel Valls que «refuser de transcrire automatiquement l’état civil des enfants nés par GPA à l’étranger, ce sera mettre une nouvelle fois la France en porte-à-faux face à la CEDH qui ne manquera pas de lui rappeler lors du Conseil des Ministres européens prévu dans 6 mois. L’ADFH se dit d’ailleurs «abasourdie par la déconnection de Manuel Valls des préoccupations de Français.»

*Réalisée du 29 septembre au 1er octobre 2014 auprès d’un échantillon national représentatif de 1 000 Français âgés de 18 ans et plus.