Mariées dans la mairie des XV-XVIe arrondissements de Marseille le 16 août dernier, Claude et Hélène viennent d’apprendre que leur union va être annulée. Les raisons: l’élue qui a apposé sa signature sur les documents officiels n’est pas la personne qui a célébré la cérémonie en mairie, ce qui constitue un délit.

L’HOMOPHOBIE EN CAUSE?
D’après plusieurs adjoint.e.s, l’adjointe à la Famille, Sabrina Hout, aurait affirmé que ses convictions religieuses l’empêchaient de conduire ce mariage et aurait confié cette mission à un autre élu. «Un tissu de mensonges», a-t-elle ensuite affirmé à La Provence. Contactée par Yagg, elle n’a pas encore répondu à nos sollicitations. Une enquête a été ouverte pour faux afin de comprendre ce qui s’est réellement passé lors de cette cérémonie. L’adjointe de la famille de la seule mairie socialiste de Marseille pourrait être suspendue, mais aussi sanctionnée, et pourrait écoper d’une peine d’inéligibilité. «J’ai fait ce que je devais faire, c’est une question de morale. Aucun élu n’a le droit de refuser de célébrer un mariage, qu’il soit hétéro ou homo», a déclaré la maire Samia Ghali.

«CERTAIN.E.S N’ONT PAS SAISI LA PORTÉE DU MARIAGE POUR TOUS»
Du côté des associations LGBT marseillaises, c’est la consternation. «C’est scandaleux, aucun.e élu.e n’a le droit de faire obstruction à la loi, a rappelé Philippe Murcia, président du collectif Idem qui déplore que ce regrettable événement se produise dans une mairie socialiste, sur un territoire multiculturel. Chez les socialistes, certain.e.s n’ont pas encore saisi la portée de la loi sur le mariage pour tous. Il faut qu’ils/elles se rendent compte qu’il y a un croisement entre les discriminations, et qu’il est temps d’agir pour ne pas faire lutter entre elles les minorités.»

Quoi qu’il en soit, sitôt leur mariage invalidé le 12 novembre, les deux épouses devront donc se marier une nouvelle fois.

Photo MatHelium