Après avoir regretté l’«hystérisation de la vie politique», symbolisée par l’effervescence autour de Nicolas Sarkozy et appelé à se préoccuper des problèmes actuels, notamment la montée en puissance de l’extrême droite en France et en Europe, Anne Hidalgo a été interrogée sur la manifestation organisée à Paris dimanche prochain, le 5 octobre, par la «Manif pour tous» (à partir de 7′):

«Le débat démocratique laisse place à toutes les expressions, bien sûr. Mais ce qui m’inquiète, c’est qu’il y ait toujours cet esprit et cette soif de revanche. On la voit dans le retour de Nicolas Sarkozy, on la voit dans les organisateurs de cette “Manif pour tous”…»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Anne Hidalgo : « Il faut donner sa place au dialogue »

Sur la menace de l’abrogation de la loi sur le mariage pour tous: «Je pense que ceux qui s’y risqueront auront de belles surprises. Les belles avancées démocratiques vers l’égalité, notamment celle du mariage, celle de l’adoption, et j’espère, plus tard, celle de la procréation médicalement assistée – non pas de la GPA mais de la PMA… Ce sont de grandes avancées démocratiques, de grandes avancées pour l’égalité qu’il faut prendre comme des éléments forts de la construction de nos sociétés et de nos démocraties et ne pas revenir en arrière, ça suffit.»

Faut-il ouvrir la PMA aux couples de femmes? «J’ai toujours eu cette position-là, a répété la Maire de Paris (lire Anne Hidalgo: «Je regrette ce recul du gouvernement que j’ai du mal à comprendre»), je suis pour le mariage pour tous et pour l’adoption parce que c’est un élément d’égalité. Je suis heureuse de pouvoir marier aujourd’hui des gens qui s’aiment sans distinction de leur orientation sexuelle et je sais que la PMA permettra une égalité supplémentaire.»

Craint-elle des débordements dimanche? «Le préfet de police, avec qui nous en avons parlé, prend bien sûr ses dispositions pour que tout se passe bien.»