France, Société | 04.09.2014 - 18 h 54 | 0 COMMENTAIRES
  • Albéric Dumont
  • Église catholique
  • Jean-Michel di Falco
  • Manif Pour Tous

La «Manif pour tous» irait-elle trop loin pour l’église catholique?

Publié par
L'évêque de Gap et d’Embrun Jean-Michel di Falco regrette notamment la présence, dans les manifestations, d'enfants qui se découvriront peut-être homos.

Fondateur du groupe des Prêtres et évêque de Gap et d'Embrun, Jean-Michel di Falco s'est prononcé en faveur de l'union civile pour les couples de même sexe dans une interview accordée il y a quelques semaines au Dauphiné Libéré. Le responsable religieux a même estimé que les défilés de la «Manif pour tous», «plutôt bon enfant au début ont été récupérés par la suite». Contributeur du Plus, Giuseppe di Bella voit là «un signe fort de tolérance».

UN MESSAGE HOMOPHOBE
L'évêque considère en outre que la présence d'enfants à ces manifestations ne fut pas une bonne idée car il y a parmi ces enfants des homos qui «se souviendront que leurs parents les ont emmenés dans des manifestations dans lesquelles se sont exprimés des gens de manière agressive et violente à l’égard des homosexuels». Le rappel de ce fait n'a pas plu du tout à Albéric Dumont, coordinateur général de la «Manif pour tous» qui a répliqué par une tribune dans le même quotidien régional. «La “Manif pour tous” s’exprime dans le plus grand respect des personnes homosexuelles, sans aucune agressivité ni évidemment violence verbale ou physique, a-t-il plaidé. Les enfants présents ont pu recueillir l’exemple d’un engagement responsable et sans violence malgré les provocations et le mépris des autorités publiques.»

Au risque de renvoyer dos à dos Jean-Michel di Falco et Albéric Dumont, rappeleons qu'en présentant exclusivement un seul modèle familial, en mettant à l'écart les homos ayant la volonté de se marier et d'accéder à l'égalité des droits, la «Manif pour tous» véhicule depuis le départ un message homophobe qui exerce une violence à l'encontre de toute personne qui refuse de correspondre au modèle prescrit.

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur «Manif pour tous» et contre-manif’ à Paris: la vidéo

«L'HOMOSEXUALITÉ N'EST PAS UN CHOIX»
Et avant de considérer que l'église catholique s'ouvre à la conjugalité homosexuelle, encore faut-il que Jean-Michel di Falco précise ce qu'il entend lorsqu'il établit ceci: «L’homosexualité est un fait, ce n’est pas un choix. Le choix est dans la manière de vivre cet état de fait et particulièrement lorsqu’on est chrétien. Ce n’est pas parce qu’on est homosexuel qu’on n’a pas le droit d’aimer et d’être aimé.» Conformément à ce qu'enseigne le pape François, il se prononce donc pour l'accueil des personnes homosexuelles. La position officielle de l'église reste toutefois de requérir la chasteté de la part de ces personnes et c'est peut-être là ce que Jean-Michel di Falco entend par «choix dans la manière de vivre cet état de fait».

Photo Capture

Print This Post
Photo du profil de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.