Faute d’avocat pour le représenter, Michael F. Egan (à gauche) a préféré renoncer à poursuivre Bryan Singer pour agression sexuelle et viol. Il garde toutefois la possibilité de reprendre quand il le souhaite son action contre le réalisateur de la saga X-Men, précise le New York Post. Le comédien a porté plainte plusieurs années après les faits, quelques semaines avant la sortie de X-Men: Days of Future Past, ce qui a fait dire à l’avocat du réalisateur bisexuel qu’il s’agissait en fait d’une action opportuniste destinée à profiter de la notoriété de Bryan Singer.

Le réalisateur a cherché à mettre un terme définitif à cette affaire en demandant au tribunal fédéral de clore définitivement le dossier et en imputant les frais judiciaires à Michael F. Egan au motif que sa plainte lui avait porté préjudice. Mais la juge Susan Oki Mollway a refusé en considérant que le retrait volontaire de la plainte était loin de représenter en soi un préjudice et que «toute atteinte à sa réputation serait probablement réparée par l’abandon volontaire des poursuites». Michael F. Egan avait déjà retiré trois autres plaintes contre des professionnels de la télévision qu’il poursuivait pour des motifs similaires.

Les relations entre le comédien et son avocat s’étaient progressivement détériorées, notamment parce que Michael F. Egan a cherché à poursuivre l’action pénale coûte que coûte. Son avocat lui avait recommandé d’accepter une somme d’argent en échange du retrait de sa plainte mais le comédien s’y était opposé. La somme en question n’a pas été dévoilée, mais l’avocat de Bryan Singer assure qu’elle était très faible car le réalisateur était de toute façon persuadé de l’emporter au tribunal. Celui-ci avait déjà obtenu le retrait d’une autre plainte à son encontre le mois dernier.

Photos Capture (Michael F. Egan), Capture (Bryan Singer)