On aurait pu s’en douter, la nomination de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Éducation nationale fait peur à celles et ceux qui craignent une remise en question des stéréotypes de genre. La palme revient sans doute à Laurent Wauquiez qui a qualifié la nouvelle ministre d’«ultra pro-gender» sur Twitter:

Même pensée pour Eric Ciotti:

Ludovine de la Rochère, la présidente de la «Manif pour tous», elle, est horrifiée:

Tout comme Christine Boutin:

Après avoir répété des mois durant que la «théorie du genre» n’existe pas, la nouvelle ministre de l’Éducation semble avoir décidé de ne plus perdre son temps. Lors de sa première interview depuis sa nomination, ce matin sur France Info, Najat Vallad-Belkacem a balayé le sujet d’un revers de main. «La polémique inutile, les débats stériles, les instrumentalisations insupportables de l’école n’auront pas de place dans le ministère qui est le mien». Ce qu’elle a redit lors de la passation de pouvoir avec Benoit Hamon, quelques minutes plus tard.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Najat Vallaud-Belkacem : « Pas de place à la polémique inutile »

Luc Chatel, qui fut lui aussi ministre de l’Éducation, n’a visiblement pas entendu le souhait de Najat Vallaud-Belkacem, puisqu’il estime qu’elle doit «lever certaines ambiguïtés», en particulier sur «la question de la théorie du genre, qu’elle a voulu promouvoir, notamment via les ABCD de l’égalité»:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Polémique sur le genre : Luc Chatel demande à Najat Vallaud-Belkacem de « lever certaines ambiguïtés »