[mise à jour, 15h26] Correction du genre des personnages (nos expert.e.s Star Trek sont en congés).

Sur son blog Infinity Dog, l’auteur David Mack a reproduit un mail d’un lecteur, particulièrement mécontent d’avoir lu dans un tome de la saga culte Star Trek une histoire entre deux femmes:

«J’ai commencé à lire votre livre, Harbinger et me suis arrêté quand je suis arrivé au moment où la Vulcaine a une relation homosexuelle avec l’espionne Klingon. J’ai effacé le livre de mon E-reader et n’acquerrai plus aucun livre écrit par David Mack.

«Vous pouvez me traiter d’homophobe ou prendre n’importe quelle excuse pour m’ignorer mais la vérité c’est que l’homosexualé (sic) n’est pas universellement acceptée et je peux choisir ce que je lis et je choisis de ne plus jamais lire votre travail.

«Pour couronner le tout, aucun Vulcain ne considérerait la situation comme logique. Vous ne pouvez pas remodeler le personnage du Vulcain pour vous plaire.»

Comme beaucoup d’auteur.e.s, David Mack est habitué à recevoir des courriers de fans courroucé.e.s par telle ou telle intrigue, qui souhaitent l’informer que jamais, plus jamais, ils/elles n’achèteront leurs livres. S’il choisit généralement de ne pas perdre de temps à y répondre, cette dernière missive l’a tout de même fait réagir publiquement:

«S’il croit que la peur d’éloigner quelques lecteurs à l’esprit étriqué va me faire arrêter d’écrire des histoires qui présentent et font la promotion de personnages avec différentes expériences, y compris des personnages LGBTQ, des personnes de couleurs, des gens qui appartiennent à des minorités idéologiques ou philosophiques, il doit avoir perdu la tête. Je suis un putain d’écrivain de Star Trek. N’a-t-il jamais entendu parler de l’IDIC “Infinite Diversity in Infinite Combinations” (la diversité infinie dans des combinaisons infinies, soit la base de la philosophie vulcain). (…)

«Je n’aurais jamais honte de faire cela. Je suis fier que nous en soyons capables. Je sais qu’il reste encore du travail, et que nous pouvons améliorer l’intégration de davantage de points de vue et de personnages dans l’univers en constante expansion de Star Trek.

«L’auteur du mail cité essaie de justifier son laïus en déclarant que “l’homosexualé (sic) n’est pas universellement acceptée”. Et alors? Les droits humains non plus. En fait, je ne trouve pas une seule notion de justice ou d’égalité qui soit universellement acceptée. Pourquoi cela devrait-il limiter notre vision d’un futur plus ouvert, plus égalitaire et plus méritocratique? Je rejette cet argument de la diatribe de l’auteur comme “fondamentalement illogique”.»

Pour appuyer son propos, David Mack s’en remet à Spock lui-même: «La logique est le début de la sagesse, pas la fin». Il affirme en outre que cette intrigue entre T’Prynn et Lurqal a été «une des meilleures histoires et évolutions des personnages qu’il ait eu à écrire ce jour.»

Via The Mary Sue.

Photo Paramount Pictures France