Même si elle fait face à la Baie de San Francisco, la ville de Richmond donne l’impression d’être dans l’Alabama profond, déplore le journaliste de Queerty qui relate l’histoire de Jovanka Beckles. En raison de ses origines et de son orientation sexuelle, cette élue est la cible de violentes attaques de la part de plusieurs membres de l’équipe municipale.

UN HARCÈLEMENT CONSTANT
Née au Panama de parents caribéens, devenue spécialiste de la santé mentale, mariée à sa compagne depuis 14 ans et maman, cette femme de 51 ans est devenue membre du conseil municipal de Richmond en 2010. Le 15 juillet dernier, quelques membres du conseil municipal s’en sont pris à elle pendant une audience. Mark Wassberg, un extrémiste, ancien candidat au conseil municipal et habitué des provocations homophobes (en 2012, il avait qualifié de «marrant» le suicide d’un jeune homo), s’est adressé à elle en ces termes: «Je continuerai à venir ici dire que les homos n’ont pas de moralité. Vous êtes dégueulasse. Vous êtes la crasse. Parce que j’ai le droit constitutionnel de le dire.» Mais ce harcèlement serait courant pour la conseillère, qui essuie des remarques et des commentaires depuis le début de son mandat.

«ILS ADORENT SE MOQUER D’ELLE»
Corky Boozé, un conseiller municipal élu comme elle en 2010, s’en est pris à elle de façon particulièrement vile et offensante: «Certaines personnes n’en ont que faire de son style de vie. Moi-même je m’en fiche, mais elle prend ça comme si c’était homophobe. Je ne suis pas homophobe, mon ex-femme est lesbienne. Elle dit qu’elle est une Latina noire. Et bien, on est soit Afro-Américain, soit on ne l’est pas. Si elle est vraiment noire, alors pourquoi elle jette des noirs hors de la chambre du conseil municipal parce qu’ils disent ce qu’ils pensent? Elle se dit noire juste au moment des élections.» Tom Butt, un autre conseiller municipal, est effaré de l’intolérance de certains de ses collègues: «Ils adorent se moquer d’elle parce qu’elle est ouvertement lesbienne. On penserait qu’en 2014 dans la région de la Baie de San Francisco, cela n’arriverait pas, mais ça continue de réunion en réunion.»

À lire sur SFGate.

Photo Capture