«Je n’arrive pas à croire la nouvelle sur Robin Williams. Il a tant donné à tant de monde. J’ai le cœur brisé.» Ce tweet d’Ellen DeGeneres résume bien le sentiment qui plane depuis l’annonce du décès – apparemment par suicide – de l’acteur américain Robin Williams, à l’âge de 63 ans.

Certains acteurs sont l’homme d’un seul rôle. Ce n’était pas le cas de Robin Williams, loin de là. En 40 ans de carrière, ses films ont marqué toutes les générations qui l’ont vu à l’écran. Pour certain.e.s, ce sera Good Morning, Vietnam. Pour d’autres Le Cercle des poètes disparus. À moins que ce ne soit Fisher King, ou Hook. Certain.e.s ont grandi avec Jumanji, d’autres avec Aladdin. Sans oublier, bien sûr, Madame Doubtfire.

Aussi à l’aise dans la comédie que dans les rôles sérieux, Robin Williams, qui a débuté à la télévision en jouant un extraterrestre dans la sitcom Mork & Mindy, a été récompensé d’un Oscar pour Will Hunting de Gus van Sant, pour sa quatrième nomination. Plusieurs Golden Globes ont également récompensé une carrière qui pourrait en faire rêver plus d’un.

Comme nombre d’acteurs, Robin Williams a dû répondre à des rumeurs d’homosexualité. S’il a toujours assuré être 100% hétéro (mais son chien était gay), il a eu, par deux fois, l’occasion d’incarner des personnages gays. La première fois, c’était en 1996 dans The Birdcage, le remake – pas franchement réussi – de La Cage aux folles. La dernière fois, c’était beaucoup plus récemment, dans Boulevard, de Dito Montiel. Robin Williams jouait Nolan, un homme marié à une femme, gay dans le placard, qui prend sous son aile un jeune prostitué.

Comme le rapporte Autostraddle, de son rôle dans The Birdcage, où il jouait Armand, Robin Williams disait: «Si je peux employer ma célébrité à attirer les gens au cinéma pour me voir jouer un homme gay admirable et ainsi les rendre un peu plus ouverts envers les homos, pourquoi ne le ferais-je pas? Je deviens un militant des droits des homos sans avoir à me lever tôt un dimanche matin pour aller défiler. C’est gagnant/gagnant pour moi et pour les droits des homos.»

Depuis hier soir, les hommages se succèdent. Voici une sélection de réactions postées sur Twitter:

«Quelle chance j’ai eue de pouvoir te connaître même un peu.»

«Je suis abasourdi, assommé par l’annonce de la mort de Robin Williams. Il a apporté tant de joie et de cœur à des millions de gens… Simplement, wow.»

«Oh mon dieu RIP Robin Williams. Tellement triste. Nous t’aimons et tu nous manqueras, de même que ton talent.»

«Robin était un ami, un patron, un frère, une inspiration… Sa générosité et son intelligence n’avaient pas de limites. Seule sa planète d’origine pouvait le détruire.»

«La mort de Robin Williams à 63 ans est une tragédie. J’espère qu’elle nous poussera à parler de la dépression, de la santé mentale et de soin.»

«RIP, merveilleuse âme. Nous espérons que ton esprit a trouvé la paix.»

Quelques vidéos à voir et à revoir (toutes nos excuses aux non-anglophones, nous avons préféré – à une exception près – privilégier la version originale, avec la voix de Robin Williams). N’hésitez pas à partager vos moments préférés des films de Robin Williams dans les commentaires.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Mrs. Doubtfire (1993) – Official Trailer [VO-HD]

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Madame Doubtfire extrait 1

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪O’Captain my Captain‬

‪Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Try more gum! from « The Birdcage »‬

‪Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Genie’s Funniest Moments part 1‬

‪Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur The Fisher King Dance Scene. Grand Central Station.

Photo Warner Bros.