Alors que la Colombie-Britannique connait une forte baisse des grossesses non désirées chez les adolescent.e.s, ce n’es pas le cas pour les jeunes LGBT. Les filles lesbiennes ou bis auraient 2 fois plus de risques de tomber enceintes et les garçons gays ou bis auraient 4 fois plus de risques de causer une grossesse que les jeunes hétérosexuel.le.s, selon l’Adolescent Health Survey de 2008, dont les chiffres semblent confirmés par l’étude 2013, réalisée auprès de 30000 ados.

Si les chercheurs/euses n’ont pas d’explication formelle des raisons pour lesquelles le risque reste plus élevé pour les jeunes LGBT, «il semble de plus en plus clair qu’il existe un lien entre être la cible de discrimination et de harcèlement, explique Elizabeth Saewyc de l’École de sciences infirmières de l’Université de Colombie-Britannique, citée par l’agence de presse QMI Agency. Il est possible que la grossesse soit une façon de masquer son orientation sexuelle pour éviter ou diminuer le harcèlement homophobe.»

Autre hypothèse: les jeunes LGBT ne se sentiraient pas concerné.e.s par les cours d’éducation sexuelle, trop hétérocentrés, selon Claire O’Gorman, de YouthCo, une organisation de lutte contre le VIH et l’hépatite C chez les jeunes de Colombie-Britannique: «L’éducation sexuelle en Colombie-Britannique a besoin d’être dépoussiérée, il faut qu’elle soit cohérente dans toute la province. Celles et ceux qui appartiennent aux communautés LGBT ont besoin d’être entendu.e.s, afin que le programme soit aussi inclusif et pertinent que possible.»

L’étude montre aussi que les étudiant.e.s interrogé.e.s sont moins nombreux/ses qu’en 2008 à se considérer complètement hétéros (81% contre 86%), qu’ils et elles se disent plus souvent bi.e.s et que les jeunes femmes sont plus nombreuses à s’identifier comme lesbiennes. Un très faible pourcentage (1%) se considère trans’ – la question n’était pas posée les années précédentes. 64% des lesbiennes ont été victimes de discrimination en raison de leur orientation sexuelle, de même que 47% des gays et 37% des bi.e.s dans l’année précédant l’enquête.

Via GayStarNews.

Photo Twentieth Century Fox France (Ellen Page dans Juno)