Les sentiments que partagent les couples de même sexe et les couples hétérosexuels n’ont en soi pas de différence. Mais parce que nous vivons dans un monde qui est loin de traiter tout le monde à égalité, des différences de traitement persistent, suivant que l’on est lesbienne, gay, bi.e ou hétéro.

hetero vs homo 500

Pour se rencontrer, homos et bi.e.s ont recours à des sites de rencontre, font connaissance grâce à des ami.e.s ou par chance, au bureau ou à l’école, mais dans ce cas au moins un.e des deux doit être ouvertement attiré.e par les personnes de même sexe. Autant de questions que ne se posent pas les personnes hétérosexuelles qui peuvent faire des rencontres partout. Une fois passée l’étape de la première rencontre, les personnes hétérosexuelles se demandent où aller pour un rencard, peuvent avoir un peu le trac ou qu’on leur demande depuis combien de temps elles sont en couple. Les mêmes interrogations peuvent se présenter pour un couple de même sexe, sauf qu’en plus, il faut se renseigner sur les environs, savoir si on sera en sécurité et si on ne sera pas victime de discrimination.

Autre situation de la vie courante: tandis que certain.e.s hétéros redoutent les réunions de famille pour de multiples raisons, bi.e.s et homos doivent parfois se préparer à argumenter ou à dissimuler leurs relations. Et tandis qu’un nombre croissant de pays a ouvert le mariage, il n’en demeure pas moins que les unions de couples de même sexe restent interdites dans la plupart des pays. Alors que les couples hétérosexuels peuvent se marier partout. La plupart de ces couples peuvent avoir des enfants sans rencontrer d’importantes difficultés, tandis que les couples formés par des personnes homos ou bies n’ont pas toujours le droit d’adopter et des études sont toujours en cours pour déterminer si les enfants élevés dans des familles homoparentales se développent normalement. Et lorsque leur partenaire est malade ou mourant, les personnes bies ou homos n’ont pas toujours la possibilité de faire valoir leurs droits et leurs liens.

L’auteure de la diapositive finit par conclure qu’en somme, quand on est homo ou bi.e, «on peut être interrogé.e, méprisé.e, complètement ignoré.e, mis.e en danger rien que parce qu’on existe, perdre des ami.e.s ou être rejeté.e par sa famille parce qu’on est tombé.e amoureux/se, avoir moins de droits». En face, quand on est hétéro, «parfois, les gens sont embêtants», conclut-elle.

Via beauty, any kind of beauty.

Photos Captures (Jason Biggs et Taylor Schilling, Laura Prepon et Taylor Schilling)