John Travolta tenait à tout prix à ce que l’affaire soit étouffée, mais son ancien pilote Douglas Gotterba entend bien faire entendre sa version de l’histoire. Dans un entretien paru dans le plutôt racoleur National Enquirer en 2012, celui-ci évoquait la liaison qu’il aurait eue avec l’acteur. Douglas Gotterba prévoit d’ailleurs de publier un ouvrage autobiographique dans lequel il racontera cet épisode de sa vie. Mais par l’entremise de son avocat, John Travolta, déjà outé par Margaret Cho comme par Carrie Fisher, a rappelé qu’une clause de confidentialité empêche son ancien employé d’évoquer publiquement ses relations avec lui.

C’est la validité de cette clause de confidentialité que Douglas Gotterba a contestée devant les tribunaux de Californie qui lui ont donné raison en première instance et en appel. D’après le pilote, la clause de confidentialité mise en avant par John Travolta ne figure pas dans le contrat de trois pages qu’il dit avoir signé. L’acteur, lui, s’appuie sur un document de quatre pages qu’il estime être définitif. Il souhaitait empêcher l’affaire de voir le jour mais dans une décision rendue ce mardi 22 juillet, la Cour d’appel de Californie a considéré que Douglas Gotterba était en droit de contester le document avancé par John Travolta.

L’avocat de l’acteur a publié un communiqué transmis au Hollywood Reporter dans lequel il assure être certain que l’acteur l’emportera à la fin: «Même si nous estimons que la Cour aurait dû rejeter la requête de Douglas Gotterba dès le début, à terme, il sera débouté. Douglas Gotterba fait référence à un accord provisoire qui n’a pas été signé, qu’il fait passer pour le document au cœur de cette affaire, alors qu’il a mis en pièce jointe de sa propre plainte la version définitive du contrat qu’il a signé pour appuyer sa requête. Nous sommes absolument certains qu’à la fin, la justice nous donnera raison.» En attendant, l’objectif de discrétion poursuivi par John Travolta est déjà tombé à l’eau.

Photo Capture