Dutee Chand, une étoile montante de l’athlétisme indien ne pourra pas participer aux Jeux du Commonwealth qui débutent aujourd’hui à Glasgow. Selon la Sports Authority of India (SAI), son corps produit naturellement trop de testostérone pour l’autoriser à participer aux épreuves en tant que femme, car cela lui donnerait selon les scientifiques un avantage. Âgée de dix-huit ans, la jeune femme a subi plusieurs tests, dont les résultats auraient dû rester confidentiels.

PAS UN TEST DE VÉRIFICATION DE GENRE, SELON LA SAI
L’athlète s’est dite «bouleversée» par cette décision qui ruine tous ses efforts en vue des Jeux du Commonwealth. Elle assure en outre avoir appris les résultats de ses tests par voie de presse et se dit prête à tout pour retourner à la compétition:

«Si les tests avaient été faits plus tôt, j’aurais pu me faire soigner et participer aux Jeux à Glasgow. Si l’Etat prend des dispositions pour me faire soigner, je courrai de nouveau dans des événements internationaux et remporterai les lauriers pour mon pays.»

Dutee Chand est actuellement championne nationale au 100 mètres et au 200 mètres, et a décroché le bronze aux Championnats d’Asie d’athlétisme en 2013. «Elle sera en mesure de participer à la compétition dans la catégorie femme à l’avenir si elle prend des médicaments pour faire baisser son taux d’androgènes à un niveau précis, a expliqué la SAI. Nous suivons simplement les recommandations de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) et du Comité international olympique. Ce test ne détermine pas le genre de l’athlète. Le CIO et l’IAAF ont interdit ces tests de vérification. Nous avons juste essayé de découvrir si elle avait un excès d’androgène dans son corps.»

POURQUOI DUTEE CHAND A-T-ELLE DU FAIRE CE TEST?
Bhartruhari Mahtab, homme politique et membre du BJD, a vivement critiqué l’exclusion que subit la jeune athlète: «Quelle est la définition d’une femme athlète? Pourquoi ces tests de genre ne sont pratiqués que sur des femmes? C’est de la discrimination.» Il a par ailleurs interpellé le gouvernement pour qu’il fasse la lumière sur les raisons qui ont fait que seule Dutee Chand a subi un tel examen. Ce n’est pas la première fois qu’une affaire de ce type se produit en Inde. En juillet 2012, une autre championne, Pinki Pramanik a du subir plusieurs examens de féminité, après avoir été accusée de viol par une autre femme. En 2009, la sud-africaine Caster Semenya avait aussi vu ses performances remises en cause et avait été accusée d’être «intersexuée» en raison d’une apparence jugée trop masculine.

Photo Capture