Comme il l’avait indiqué dans ses réponses au questionnaire de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, Jacques Toubon, le nouveau Défenseur des droits, s’aligne sur les positions prises par son prédécesseur, Dominique Baudis. Il s’est prononcé pour que les hommes qui ont eu un rapport sexuel avec un homme puissent donner leur sang et pour la levée de l’interdiction des soins funéraires aux personnes séropositives lors d’une interview hier, lundi 21 juillet, sur iTélé.

 

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Jacques Toubon: Nous vivons dans un monde qui revient à la barbarie

«À titre personnel, je suis plutôt favorable à ce qu’on lève [l’interdiction du don de sang], comme la Cour de justice de l’Union européenne va peut-être le dire, je ne sais pas. Mais je connais aussi la complexité de cette affaire car beaucoup de responsables publics, beaucoup de ministres depuis des années et des années se sont prononcés en faveur de la levée de l’interdiction et ça n’a pas été fait car on connait la difficulté en termes de santé publique.»

«À partir du moment où ce que nous voulons, c’est l’égalité pour tous, il faut faire très attention à ce qu’on ne maintienne pas des exceptions de ce genre, comme par exemple celle qui interdit qu’on donne des soins funéraires à certains malades. Il y a là quelque chose qui me paraît complètement contraire à notre idée d’égalité. Il y a beaucoup de techniques, par exemple des techniques de dépistage qui permettraient de faire en sorte qu’il n’y ait pas de danger pour la santé publique et que tout le monde se voit reconnaître le même droit.»

La ministre de la Santé Marisol Touraine avait écrit en avril au Défenseur des droits pour indiquer que les services du ministère travaillent activement à la levée de l’interdiction de la thanatopraxie. Il faudra en revanche attendre plusieurs mois avant que la Cour de justice de l’Union européenne se prononce sur l’ouverture du don de sang par les gays et les bis.