Au lendemain d’une défaite électorale, il faut bien souvient tirer des conclusions et comprendre l’échec d’une campagne. Certain.e.s candidat.e.s PS, comme Patrick Mennucci à Marseille, au lendemain des municipales et des européennes, n’ont pas dérogé à la règle, en accusant directement la loi sur le mariage pour tous. Sondage à l’appui, Jean-Marie Pottier et Mathieu Dejean de Slate, tentent aujourd’hui de montrer le contraire.

«Selon un sondage menée par l’institut de sondage Harris Interactive pour la société de communication Balises, dont les résultats viennent d’être dévoilés, la question du mariage pour tous a probablement peu pesé dans cette séquence électorale désastreuse pour la gauche» avancent-ils en début d’article. Et de poursuivre: «“Le mariage pour tous n’a pas été un facteur d’abstention à gauche”, explique Denis Pingaud, président de Balises. Les abstentionnistes de gauche ne manifestent en effet aucune réticence particulière envers cette loi, qu’ils soutiennent en grande majorité – à 87%, soit dans les mêmes proportions que les électeurs de gauche (contre 63% pour l’ensemble des Français).»

Pas plus que le score du FN: «Par ailleurs, cette question ne semble pas avoir pesé dans les bonnes performances du FN.«Le mariage pour tous ne constitue pas un des éléments centraux de basculement vers le FN», explique Jean-Daniel Lévy, directeur du département Politique-Opinion d’Harris Interactive». À coupable parfait, plaidoirie parfaite?

À lire sur Slate.