S’il ne l’a pas encore compris, Jacques Toubon devrait assez vite s’en rendre compte. Les associations LGBT l’attendent de pied ferme sur les questions d’égalité des droits. L’ancien ministre RPR, qui avait voté contre la légalisation de l’avortement et le pacs, affirmait récemment qu’il avait évolué. Mais certaines déclarations passent mal, comme celle où il décrit l’homosexualité comme «un choix de vie».

HES attend donc du nouveau Défenseur des Droits qu’il ne soit plus «dans la caricature». «Les chantiers qui sont devant lui sont importants, tant la minorité de nos concitoyens opposés à l’égalité entre tou-te-s les citoyen-ne-s est active aux côtés et au sein de l’opposition UMP et FN, affirme l’association des socialistes LGBT dans un communiqué rendu public ce matin.

De son côté, l’Inter-LGBT et ses associations membres «prennent acte [de sa nomination], même si, au regard de ses prises de positions antérieures, nous restons dubitatifs.» Mais l’Inter-LGBT veut le juger sur ses actes: «M. Toubon, a déclaré, lors de ses auditions avoir changé d’avis sur l’homosexualité et le PACS et s’est engagé à continuer le travail déjà réalisé par Dominique Baudis et ses services, notamment à présider le comité d’entente LGBT, mais aussi à se saisir des questions relatives à l’accès à la Procréation Médicalement Assistée et au changement d’état-civil des personnes Trans. Nous avons pris note de ses engagements, et espérons qu’il y sera plus fidèle que le Président de la République!»

Sur la nomination de Jacques Toubon, répondez à notre sondage: François Hollande a-t-il eu raison de nommer Jacques Toubon Défenseur des Droits?