Avec 48 voix pour, 33 contre et 12 abstentions, Jacques Toubon a été élu Défenseur des droits par les parlementaires des Commissions des lois de l’Assemblée nationale et du Sénat ce mercredi 9 juillet. L’ancien ministre RPR avait voté contre la dépénalisation de l’homosexualité et s’était prononcé contre le pacs. Entendu aujourd’hui par les élu.e.s du Sénat – les député.e.s l’ont questionné la semaine dernière –, il a indiqué avoir changé d’avis sur cette avancée: «20 ans ont passé, je n’ai aucune difficulté à dire que l’égalité entre tous me paraît une évolution positive de notre société et de notre droit». «Toutes les sexualités sont équivalentes, tant qu’elles sont entre personnes consentantes», a-t-il ajouté.

Interrogé par la sénatrice Esther Benbassa concernant la PMA, il a répondu: «Je dis simplement qu’on ne peut pas en rester là. Si je suis Défenseur des droits, nous allons apporter sur la table du Parlement et du gouvernement une série de cas.» Puis il a immédiatement enchaîné sur un autre sujet: «Nous avons une série de réclamations de transexuels, de transgenres, qui ont des revendications pas politiques mais extrêmement précises, comme des papiers. Je pense que nous essaierons d’avancer sur ces questions et proposerons au législateur d’avancer.»

Il s’est par ailleurs engagé à maintenir le «comité d’entente LGBT», qui avait été instauré par Dominique Baudis en 2011. «J’ai pris connaissance de tout ce qui a été fait par Dominique Baudis à ce sujet, a assuré Jacques Toubon. Je suivrai le chemin emprunté par Dominique Baudis sur ce sujet. Je m’y engage, je maintiendrai le comité, je le réunirai et je le présiderai si on veut bien que je devienne Défenseur des droits. Mon souhait, c’est que chacun y participe.»

Une grande partie de la gauche s’était opposée au choix de Jacques Toubon, mais il aurait fallu réunir 3/5e des voix contre lui. L’ancien député et ministre RPR succède donc à Dominique Baudis comme l’a proposé François Hollande.