L’enquête sur la mort du jeune Peter, dont le corps a été découvert le 26 juin, à Valmorel en Savoie, a débuté. Ce drame a vivement ému les associations LGBT, et plus particulièrement Le Refuge, qui avait accueilli le jeune homme de 21 ans, en rupture familiale. Si la piste d’un suicide a été tout de suite évoquée et largement relayée dans les médias, le vice-procureur a émis hier des doutes sérieux sur cette hypothèse: «Je privilégie la thèse de l’accident, mais je ne ferme aucune porte», a déclaré Guy Bouchet, vice-procureur à Albertville. Les premiers résultats de l’autopsie montrent pour le moment de «nombreux traumatismes probablement dus à une chute d’une grande hauteur».

Le vice-procureur avait déjà évoqué en outre la tenue du jeune homme, peu adaptée à une longue balade en montagne. Il a depuis insisté sur le fait que le corps de Peter a été retrouvé dans un lieu particulièrement reculé, à deux heures de marche du Club Med de Valmorel, où il était employé: «Il y avait à l’endroit où il vivait d’autres endroits où il pouvait mettre fin à ces jours.» Les circonstances du drame restent donc pour le moment particulièrement floues, mais contrairement à ce que plusieurs personnes ont pu affirmer dans les médias, il n’y a aucune preuve permettant d’affirmer que l’homophobie est à l’origine de la mort du jeune homme.

Photo Le Refuge