En trois ans, entre son premier contact avec une agence où il lui a été demandé d’être le plus mec possible (en gardant son skateboard avec lui tout le temps, en ne se lavant pas les cheveux et en parlant de filles tout le temps…) et aujourd’hui, Marc Sebastian Faiella a vu le monde bouger. Il y a encore des agences qui exigent de leurs mannequins qu’ils présentent, constamment, une image aussi masculine que possible, mais «des marques comme Jean Paul Gaultier, J.W. Anderson et Craig Green changent la façon dont nous définissons le genre», écrit le jeune homme.

«Les mannequins sont des acteurs silencieux, à qui l’on demande d’incarner un sentiment, une personne ou une humeur. Du moment que nous y parvenons, qu’est-ce que ça change si certains d’entre nous préfèrent embrasser d’autres garçons?»

À lire sur i-D.

Via 360°.