Anne Hidalgo a saisi l’occasion de sa première Marche des fiertés en tant que maire pour rappeler son engagement auprès de la communauté LGBT, sur différents thèmes, de l’exclusion des jeunes LGBT à la lutte contre le sida. Il apparait clairement que celle qui a succédé à Bertrand Delanoë mise sur un travail collégial entre les instances publiques et les associations LGBT qu’elle considère comme des acteurs primordiaux pour poursuivre la lutte contre les discriminations. C’est notamment à travers l’éducation et la formation qu’elle a bien l’intention de faire de Paris une capitale où chacun.e sera respecté.e quelles que soient son orientation sexuelle ou son identité de genre.

Dans notre vidéo principale, Anne Hidalgo parle de ce que la Marche des Fiertés représente pour elle, de sa responsabilité dans la lutte contre les discriminations en tant que que première femme élue à la Mairie de Paris, de la légitimité ou non des élu.e.s PS à prendre part à la Marche des Fiertés, de ses moyens d’action. Elle annonce également que l’Hôtel de Ville et plusieurs mairies d’arrondissements arboreront les couleurs de l’arc-en-ciel pour célébrer la Marche des Fiertés (lire aussi Exclusif: L’Hôtel de Ville de Paris se met aux couleurs de la Marche des Fiertés).

DES LIEUX DE RECUEILLEMENT DANS PARIS
Si l’inauguration d’une plaque en mémoire de Bruno Lenoir et Jean Diot, les deux derniers homosexuels exécutés en France, avait été repoussée en raison des élections municipales, Anne Hidalgo assure qu’une cérémonie à laquelle elle compte bien assister est prévue, seule la date reste encore à déterminer. Elle en profite pour insister sur l’importance des lieux de mémoire LGBT dans les grandes villes: «Cette question de la mémoire est un sujet que j’ai porté, rappelle-t-elle. Paris est une ville qui doit avoir des lieux mémoriels, des lieux de recueillement, comme cela existe dans d’autres villes dans le monde. L’épidémie de sida a effectivement tué beaucoup de personnes homosexuelles. Je pense que ça fait aussi partie des éléments que l’on doit pouvoir exprimer et reconnaître dans la ville, dans le cœur de la ville. Ce sont des engagements de campagne que j’ai pris et sur lesquels je souhaite avancer. Jean-Luc Romero qui m’accompagne, ainsi que Caroline Mécary, sont des personnalités qui continuent à m’éclairer beaucoup, comme elles l’ont fait pendant la campagne et encore aujourd’hui.»

ALLER PLUS LOIN DANS LA RECONNAISSANCE DES DROITS DES TRANS’
Concernant les droits des personnes trans’, la maire PS compte-t-elle s’inspirer de l’idée de l’élue du Front de Gauche au Conseil de Paris Danielle Simonnet pour la mise en place d’une carte qui serait délivrée à tous les Parisiens et les Parisiennes, qui y indiqueraient le genre qu’ils ou elles souhaitent, et qui permettrait de «souligner l’engagement de la ville pour parvenir à une législation comparable à celle qui est en vigueur en Argentine»? Anne Hidalgo affirme que cette proposition de son ancienne adversaire pourra volontiers être abordée: «Je n’y suis pas du tout hostile, il faudra travailler là-dessus. Il faut aussi une formation envers les personnels municipaux, qui sont très réceptifs à ces évolutions. Je suis tout à fait partante pour travailler à aller plus loin dans cette reconnaissance.»

L’IMPORTANCE DE LA VISIBILITÉ
Alors que son équipe compte quatre adjoints ouvertement gays (Bruno Julliard, Ian Brossat, Mao Peninou et Julien Bargeton), quid des lesbiennes et les trans’ en politique? Anne Hidalgo avoue ne pas s’être posé la question de savoir si ses adjoints étaient gays, mais semble par ailleurs particulièrement sensible au manque de visibilité des lesbiennes sur le terrain politique: «Je crois que pour les femmes ça a toujours été un peu plus dur, on le voit, et y compris à l’intérieur du mouvement LGBT, il a fallu qu’elles conquièrent aussi leur place. À Paris, pour moi, elles ont la même que tout un chacun. C’est vrai que j’ai la chance d’être à Paris, j’ai la chance d’être dans une famille progressiste, j’ai la chance de ne pas me poser des questions en ces termes-là. Lorsqu’il y a des personnalités qui expriment leur homosexualité, ça permet de faire aussi gagner du temps à beaucoup d’autres, parce que la visibilité en tant qu’élu.e est là. Caroline Mécary est aussi élue dans mon équipe, elle n’est pas adjointe, mais je souhaite lui confier un certain nombre de missions et notamment sur le terrain sur lequel elle est elle-même très engagée, elle doit pouvoir permettre aussi d’avancer. Tou.t.e.s les progressistes quelle que soit leur orientation sexuelle ont leur place. Dans ma famille politique, on est, non pas dans une indifférenciation, mais dans quelque chose qui pour nous relève de l’engagement de tous.»

Découvrez les engagements de la maire Anne Hidalgo en vidéos:

En ce qui concerne la politique de lutte contre le sida, Paris et l’Ile-de-France concentrent plus de 40% des découvertes de séropositivité, et un grand nombre chez les gays. Comment relancer les campagnes de prévention? Comment renforcer également les structures comme le 190, qui suivent un nombre important de gays?

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Anne Hidalgo sur la politique de lutte contre le sida

La Ville de Paris en tant qu’employeur de dizaines de milliers de personnes envisage-t-elle de signer la Charte d’engagement LGBT préparée par l’Autre Cercle?

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Anne Hidalgo sur la Charte d’engagement LGBT de l’Autre Cercle

À New York, les LGBT sont surreprésenté.e.s dans la population des jeunes sans abri. En France, de telles statistiques n’existent pas mais la précarité touche les LGBT. Comment comptez-vous lutter contre ces phénomènes d’exclusion et allez-vous renforcer les dispositifs existants, comme le Refuge ou les permanences sociales des associations?

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Anne Hidalgo sur la lutte contre l’exclusion des jeunes LGBT

Vieillir LGBT peut être encore plus difficile. Tout récemment, des initiatives ont été lancées pour renforcer la sensibilisation des structures accueillant des personnes âgées pour le respect de l’orientation sexuelle. Seriez-vous favorable à l’ouverture de maisons de retraite inclusives pour les LGBT?

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Anne Hidalgo sur l’accueil des personnes âgées LGBT

Un nombre non négligeable de réfugié.e.s LGBT choisissent la France et Paris pour demander l’asile. Quelles actions pour faciliter leur intégration?

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Anne Hidalgo sur les personnes réfugié.e.s LGBT