Ce qui frappe au premier regard chez Laverne Cox, c’est sa beauté. Sa classe. Puis elle ouvre la bouche et son discours – simple, politique, pédagogique – s’impose. En choisissant de lui consacrer la couverture de son numéro daté du 9 juin, le magazine Time fait, une fois de plus, l’histoire. Laverne Cox, elle, fait l’histoire depuis des mois. Avec son rôle dans Orange Is The New Black. En produisant le documentaire sur CeCe McDonald. En remettant Katie Couric à sa place. En inspirant Ellen Page. En prenant la parole encore et encore, en insistant sur les liens entre les discriminations fondées sur l’identité de genre, l’origine ethnique, la classe sociale. Et aujourd’hui, cette Une, le jour de son anniversaire:

Dans l’entretien qu’elle a accordé au magazine, Laverne Cox raconte le harcèlement qu’elle a subi, enfant, sa tentative de suicide quand elle avait une douzaine d’années ou la première fois qu’elle a compris qu’elle ne rentrait pas dans le moule:

«Mon instit de CE2 a appelé ma mère et lui a dit “Votre fils finira en robe à la Nouvelle-Orléans”. Jusque là je pensais juste que j’étais une fille et qu’il n’y avait pas de différences entre les filles et les garçons. Je crois que j’imaginais qu’à la puberté j’allais me transformer en fille.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Behind the Scenes of Laverne Cox’s TIME Cover Shoot

Ailleurs sur la toile:
Your guide to the outrage over Laverne Cox’s Time 100 snub