À 52 ans, Lynne Brown vient de devenir la première femme ouvertement lesbienne à rejoindre le gouvernement sud-africain. Après avoir été Première ministre de la province du Cap-Occidental entre 2008 et 2009, cette membre du Congrés National Africain a été nommée ministre des Entreprises publiques par le président Jacob Zuma le 25 mai.

Si elle n’est pas considérée comme une militante pour les droits des LGBT, sa nomination est pourtant un symbole fort, comme l’affirme Eusebius McKaiser, auteur et analyste politique sud-africain ouvertement gay: «C’est malheureusement quelque chose qui mérite probablement l’intérêt médiatique, dans la mesure où l’impact social de personnes ouvertement homos à des postes de dirigeant.e.s ne peut être ignoré dans un pays comme l’Afrique du sud où l’homophobie, y compris la violence contre les lesbiennes noires, reste monnaie courante. La symbolique compte aussi du point de vue de l’Afrique, puisque d’autres pays autour de nous promulguent et renforcent des lois criminalisant les relations sexuelles et les modes de vie homosexuels.» L’arrivée de Lynne Brown au gouvernement est aussi un signal de la part de Jacob Zuma. «Le fait que sous le président le plus socialement conservateur depuis 1994, il y ait la première ministre ouvertement homosexuelle à un tel poste est significatif», a renchéri Steven Friedman, directeur du Centre for the Study of Democracy.

Cette nomination était pourtant quelque peu inattendue pour l’intéressée: «Ça m’a paru une énorme surprise. Je me voyais déjà à la retraite.» Cette ancienne enseignante a su s’imposer en politique, et n’hésite pas à revendiquer sa façon de faire: «Je ne supporte pas de travailler dans un environnement où les choses ne sont pas faites. Je ne suis pas quelqu’un d’extravagant, je suis quelqu’un qui agit.»

Photo Capture