AIX-EN-PROVENCE
La Marche des fiertés a fait son retour dans les rues ensoleillées d’Aix, après 19 ans d’absence. Un retour très politisé, qui comprenait un die-in à mi-parcours pour alerter la ville sur sa très mauvaise note dans le classement Idaho des villes LGBT-friendly: «On a croisé quelques personnes interloquées, raconte Dominique Fortunato, co-président de l’association Aix Vanguard. C’est comme ça, à Aix. Mais on a aussi eu des manifestations de soutien.» La maire UMP d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains, n’a pas mobilisé la police municipale. La Marche s’est donc tenue sous la protection de la police nationale pour les 150 personnes présentes. La toute jeune Aix Vanguard va en tout cas continuer les actions jusqu’à la prochaine Marche, bien décidée à reprendre en main la visibilité LGBT à Aix-en-Provence.

 

ARRAS
La Parade contre les LGBTphobies au quotidien a rassemblé environ 200 personnes dans les rues d’Arras. Organisée conjointement par l’association arrageoise Artogalion et par J’en suis j’y reste, le centre LGBTQIF Lille Nord-Pas de Calais, la Marche est un succès compte tenu de la pluie battante qui a duré tout l’après-midi, rapporte le quotidien La Voix du Nord, qui publie aussi plusieurs photos.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Arras Lesbian & gay pride

Photos Pascale-Hélène Martinez (Aix en Provence) / Tobias Sauer pour Gobylist (Aix en Provence) / Nordik (Arras)