Trois ans déjà… En avril 2011, le Conseil d’Administration du centre LGBT de Paris [alors présidé par Christine Le Doaré, ndlr], décide d’exclure l’association du « Café Lunettes Rouges » (CLR) de ses locaux, suite à une agression envers la présidente, agression pourtant indépendante des volontaires et participants du café. La raison officieuse, exprimée oralement, est que le public accueilli par l’association nuisait à l’image du Centre. En effet, le CLR avait pour mission de briser l’isolement des personnes séropositives les dimanches et jours fériés. Cet objectif a permis au CLR de rencontrer plus 14 000 personnes en 5 ans et demi. Le CLR semblait donc répondre à une réelle demande et un besoin croissant: les deux dernières années ont vu une moyenne de 63 personnes par permanence du dimanche. Cette association fonctionnait sans argent, que ce soit de l’Etat ou de mécènes. Aussi, une telle décision du Centre LGBT a -t-elle amené la mort du « Café Lunettes Rouges ». Sa raison d’exister étant d’être permanent dans un lieu symbolique, sans le soutien du Centre LGBT, le CLR ne pouvait assurer sa mission auprès de personnes les plus précaires, financièrement comme affectivement.

Qu’en est-il après trois ans? Un lieu semblable existe-t-il pour ces personnes les plus éloignées des institutions et lieux de la communauté LGBT, habituellement réservés à un milieu social aisé? De nombreux soutiens au moment de la fermeture ont émergés. Des propositions de projets et de nombreux échanges s’en sont suivis pour pouvoir créer un espace équivalent au CLR. Rien n’a abouti. Ne faudrait-il pas que ces paroles se transforment en actes concrets et efficaces? Une réelle intention de remplacement du CLR ne devrait-elle pas être, depuis, réalisée? L’hystérie collective suite à l’évènement, pavée de « bonnes intentions », n’a permis en rien la création de lieux pour ces personnes exclues. Elle n’a été que paroles et promesses sans efficience.

Je laisse ces questionnements sans réponse dans l’espoir d’interroger certains dirigeants associatifs sur leur manque d’éthique. Moins de déclarations et un minimum d’actions! Quels intérêts représentent-ils? Il me semble qu’ils ne servent que leur narcissisme et leur carriérisme.
Voici le consternant bilan que je suis forcé de faire trois ans après …
Didier Dubois-Laumé, créateur-animateur de Café Lunettes Rouges d’Octobre 2005 à Avril 2011