Deuxième week-end de Marches des fiertés pour la saison 2014. Après le très chargé samedi 17 mai, durant lequel les rues de huit villes ont été tapissées d’arcs-en-ciel, place à deux petites nouvelles. Si on ajoute Lamastre, Orléans et Poitiers, qui ont défilé le 17 mai, cinq villes ont d’ores-et-déjà organisé leur première Marche en 2014. Un grand cru, on vous dit.

AIX-EN-PROVENCE
L’association Aix Vanguard n’a pas encore deux mois qu’elle organise déjà sa Marche des fiertés. Mieux: elle fait renaître la Marche dans les rues d’Aix-en-Provence. La dernière fois, c’était en 1995. «Depuis, plus rien, regrette Dominique Fortunato, co-président d’Aix Vanguard. La ville d’Aix est soumise à un grand paradoxe: elle figure parmi les plus mal classées dans le classement Idaho [43e sur 49], et pourtant elle est une grande ville étudiante, 150000 personnes y vivent et il n’y a presque aucun lieu LGBT-friendly. Il était temps d’organiser la riposte.» La Marche aixoise de la visibilité et l’égalité se veut très militante, avec pour mot d’ordre: «Discrimination, austérité, ça suffit! Marche pour tes droits… Défends ceux des autres!». La manifestation partira à 14h des Allées provençales (devant le Monoprix). Un die-in sera organisé à mi-parcours. À la fin de la Marche, des membres de SOS homophobie et du Refuge prendront la parole pour parler de la situation à Aix, «où les Veilleurs et la “Manif pour tous” sont très actifs, et où l’on connaît un grand nombre d’agressions», explique Dominique, bien déterminé à ce qu’Aix-en-Provence ait sa Marche chaque année.
Le site de la Marche d’Aix.

ARRAS
Organisée par la toute jeune association Artogalion (elle n’a pas encore fêté son premier anniversaire), la première Marche des fiertés d’Arras se prénomme en fait «Parade». Romain Hequet, le président de l’association, explique que les organisateurs/trices souhaitaient rendre l’événement accessible au plus grand nombre: «Marche des fiertés, ça fait trop militant dans une petite ville comme la nôtre. Les gens ont de mauvaises images en tête, véhiculées par la télévision». En 2013, une association lilloise avait organisé un rassemblement militant «qui n’avait pas été bien accueilli par les Arrageois.e.s». Romain Hequet a en outre été informé par la presse locale qu’une «action choc» du groupe anti-égalité des droits Homen, caricature masculine des Femen, se tiendrait à Arras vendredi 23 mai, la veille de la Parade: «Je pense qu’il y a un lien avec notre journée… Depuis la création de notre association, les Veilleurs et la “Manif pour tous” ont repris du poil de la bête». Mais Romain Hequet est confiant dans le succès de la journée, et confie en riant que sa plus grande peur… c’est le temps qu’il fera. Rendez-vous dès midi pour des rencontres inter-associatives au kiosque du Jardin du gouverneur, avant le départ de la parade prévu à 15h.
Le Marche d’Arras sur Facebook.