Mise à jour, 21h00 [modification de la liste] L’association L’Autre Cercle, qui lutte contre les discriminations liées au genre ou à l’orientation sexuelle dans le travail, va faire signer sa charte en région. Elle participe à une rencontre organisée par le club d’entreprises Face Hérault dans le cadre de son cycle RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Après une première rencontre sur l’emploi des jeunes, Face Hérault se concentre sur les LGBT au travail. L’événement, qui se tient mercredi 21 mai au siège d’IBM Montpellier est intitulé: «Entreprises et LGBT, une diversité comme les autres?».

L’Autre Cercle profite de l’occasion pour faire signer sa Charte de l’Engagement LGBT à 11 nouvelles entreprises ou organisations implantées dans la région montpelliéraine: Dell, Veolia Eau, la Mission locale, Sup de Co Montpellier, Ilo, le cabinet d’avocat Michèle Tisseyre, BRL, la clinique du Millénaire, la Lyonnaise des eaux, Face Hérault et Expanseve. Veolia Eau confirme son engagement après la remise la semaine dernière du cinquième Grand Prix de la diversité de l’Autre Cercle à Catherine Lasserre, responsable développement RH, recrutement et mobilité dans cette entreprise.

«SENSIBILISER LES ENTREPRISES LOCALES»
L’Autre Cercle semble avoir trouvé une alliée avec Face Hérault. Dans son communiqué, la fondation écrit: «L’inclusion de la diversité LGBT au sein de la politique RH des organisations est généralement reléguée au rang d’une intention louable, mais non prioritaire et reste souvent perçue comme un sujet complexe. Nous avons pu observer des comportements de déni inhabituels au sein d’entreprises pourtant très avancées sur les autres thématiques de la diversité».

«Pour beaucoup de nos chefs d’entreprise, cette thématique relève encore de la sphère privée, et n’est donc pas traitée au sein de leur organisation».

C’est pour ces raisons que Face Hérault organise une «rencontre-débat» autour de Didier Haas, membre du comité exécutif d’IBM France, et de Philippe Orillac, le président national de L’Autre Cercle, «afin de partager leur expérience et d’enrichir le débat pour sensibiliser les entreprises locales». Outre les onze entreprises annoncées, d’autres sociétés ou organisations qui assisteront à l’événement pourraient signer la charte.