Julien Massillon: Crazy In Love par Antony and the Johnsons
J’ai dansé en écoutant l’original, j’ai pleuré en écoutant la reprise, qui a mille fois plus de sens et de portée à mes humbles yeux.

 

Fabien Guenot: Smells Like Teen Spirit par Patti Smith
Je vais être honnête, mon avis est loin d’être objectif et je ne vais probablement pas me faire de copains: je ne nie pas que ce groupe est culte et légendaire, mais je n’aime pas Nirvana et je trouve donc forcément cette reprise meilleure que l’originale. L’atmosphère que Patti donne à cette chanson, le rythme, sa voix, son « babelogue » comme elle aime dire. Elle a réussi à me faire aimer une chanson de ce groupe.

 

Florian Bardou: You & Me par Flume
Flume est un jeune DJ australien talentueux que l’on ne présente plus. Tout récemment auteur d’une cover magistrale de Tennis Court de Lorde, il s’est aussi fait remarquer pour sa très puissante reprise de You & Me du duo électronique Disclosure. Un remix massif et plein d’élégance qu’on ne peut évidemment pas s’arrêter d’écouter en boucle.

 

Adrien Naselli: Déshabillez-moi par Mylène Farmer
L’une des seules reprises dans la carrière de Mylène Farmer qui n’aime pas trop piocher chez les autres… (À part quand Moby lui propose de reprendre Slipping away avec lui, évidemment). Déshabillez-moi est une chanson coquine interprétée par Juliette Gréco en 1967, reprise 20 ans plus tard par Mylène Farmer sur l’album Ainsi soit je…. Je vous propose une version live, qu’elle a chantée lors de ses 13 shows à Bercy en janvier 2006. Où l’on voit que Mylène Farmer sait prendre du plaisir avec son public!

 

http://youtu.be/iUiTQvT0W_0

Judith Silberfeld: Nothing Compares 2U par Sinéad O’Connor
La voix cristalline de Sinéad O’Connor se prête particulièrement bien à cette chanson, à l’origine écrite par Prince pour The Family.

 

Bénédicte Mathieu: Killing Me Softly With His Song par The Fugees
L’original, interprété par Lori Lieberman en 1971, a été popularisé par Roberta Flack deux ans plus tard. Voici en 1996, cette version des Fugees qui m’asticote souvent la mémoire.

 

Christophe Martet: Cold Song par Klaus Nomi
Une reprise à travers les siècles. Klaus Nomi, l’extra-terrestre de la new wave, interprète en sa version de What power art thou, de l’opéra de Purcell, King Arthur, composé en 1691. Klaus Nomi l’intitule Cold Song. Dans cette interprétation live en 1981, il est tout simplement époustouflant. Quelques mois plus tard, il mourra du sida.

 

Fatima Rouina: Hallelujah par Jeff Buckley
Avec Hallelujah, Léonard Cohen offre à son public une chanson magnifique. Reprise des centaines de fois, il en est pourtant une version qu’aucune autre n’égale: celle de Jeff Buckley, enregistrée pour Grace, l’album qui le révélera. Tout n’est finalement pas à jeter dans la musique années 90!

 

Maëlle Le Corre: Hurt par Johnny Cash
À la fin de sa vie, Johnny Cash a sorti un album de reprises magistral, qui contenait notamment cette chanson magnifique de Nine Inch Nails. Incroyable comme les paroles, même si elles ne sont pas écrites de sa main, sonnent véritablement comme un écho à sa propre vie.

 

Noémie Cagniart: You spin me round (like a record) par Indochine
Sous un accent très frenchy, le groupe avait repris cette chanson de Dead Or ALive en 2008 au profit de Reporters sans Frontières et pour la liberté d’expression en Chine à l’approche des Jeux Olympiques.

 

Xavier Héraud: Bridge over troubled water par Johnny Cash feat. Fiona Apple
Un exemple de reprise meilleure que l’originale (par Simon & Garfunkel)… Avec un Johnny Cash au soir de sa vie, dans l’un des fameux American Recordings.

Photo MrJamesAckerley