Il y a un an, le 17 mai 2013, le Conseil constitutionnel validait la loi dite sur le mariage pour tous, signée et promulguée dans la foulée par François Hollande. Mais un an après, un certain nombre de points introduits – ou non – par la loi restent en suspens, soulève une tribune de Caroline Mécary, avocate spécialiste en droit de la Famille, sur le Huffington Post.

«Un an plus tard quel bilan? Quelles perspectives?», s’interroge l’élue du Conseil de Paris. Force est de constater que sur les 7000 mariages et plus célébrés, «moins d’une dizaine ont donné lieu à une résistance de maires que l’on peut qualifier d’homophobes (un maire qui refuserait de marier une personne à cause de sa couleur de peau serait qualifié de raciste donc appeler un chat un chat)», écrit-elle.

Caroline Mécary examine tour à tour le divorce, la filiation, l’adoption, la PMA ou la transcription des actes de naissance en cas de suspicion de GPA. L’avocate conclut: «Ces imperfections et ces questions qui demeurent sans réponses satisfaisantes montrent que les combats politiques demeurent d’actualité: ils seront alimentés par la controverse judiciaire».

À lire sur le Huffington Post.

Photo Xavier Héraud