La République démocratique du Congo (RDC), avec le Rwanda, la Côte d’Ivoire, ou le Gabon est «un des rares pays qui ne pénalisent pas l’homosexualité». À la veille de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, le 17 mai, la correspondante de l’AFP, Habibou Bangré, a donc cherché à en savoir plus sur la conditions des gays, des lesbiennes et des bi.e.s en RDC, dans un pays où «le programme gouvernemental de lutte contre le sida prévoit un volet de prévention à destination de la population homosexuelle». Une exception africaine.

Mais les homos ne sont pas pour autant épargné.e.s par les violences homophobes. «Mais comme en Afrique du Sud, au Rwanda ou en Côte d’Ivoire, aussi exempts de loi répressive, poursuit la journaliste, les homosexuels subissent « des violences verbales, morales et des cas isolés de chantage ainsi que de menaces » forçant beaucoup à vivre « en cachette », voire à s’exiler, commente un militant surnommé « Justice Walu »». Un climat hostile qui n’aide pas à la visbilité.

À lire sur le Huffington Post Québec par AFP.

Photo Irene2005