Comme il l’a indiqué au Point, Brice Hortefeux ne veut plus voter «des résolutions européennes sur les droits des transsexuels roumains» (lire Brice Hortefeux en a ras-le-bol de voter sur «les droits des transsexuels roumains» au Parlement européen [Le Lab]).

Ces déclarations ont surpris – il n’y a jamais eu de résolution sur les transsexuels roumains – et choqué. L’une des adversaires du vice-président de l’UMP, Clarisse Heusquin, qui mène la liste Europe Écologie dans la circonscription Massif Central Centre, dont est élu Brice Hortefeux –, s’étonne:

«Je ne sais pas quelles ont été vos expériences professionnelles et personnelles à ce sujet, mais comme la question des droits des transsexuels roumains a été très peu abordée au Parlement européen, j’en déduis que vous avez dû vivre une expérience traumatisante qui pourrait vous avoir conduit à développer une obsession pour ces personnes.»

«En l’occurrence, sachez que le rapport Lunacek, si c’est de cela que vous parlez, n’avait comme but que d’établir une feuille de route pour lutter contre les discriminations liées au genre, poursuit-elle, avant d’assurer Brice Hortefeux de «toute [sa] compassion». J’ajoute que, comme le disait Daniel Cohn-Bendit, l’Union européenne n’est pas un paillasson sur lequel on s’essuie les pieds, mais une maison commune que nous nous construisons ensemble. Ensemble, cela veut dire que nous incluons tou.te.s les habitant-e-s des vingt-huit pays de l’Union européenne.»

«En tant que grand mâle blanc qui nous a déjà habitué aux déclarations xénophobes, si vous estimez être vous-même victime de discrimination en étant candidat aux élections européennes, sachez qu’heureusement rien ne vous oblige à vous y présenter.»

Photo via Facebook