L’association du Festival du film gay et lesbien de Paris (FFGLP) qui produit le festival Chéries-chéris avait jusqu’au 12 mai pour présenter son projet au Forum des images pour l’édition de 2014 qui sera le vingtième anniversaire de l’événement. Contacté par Yagg, le Forum des Images a annoncé que le festival Chéries-chéris n’aurait finalement pas lieu entre ses murs. «La directrice générale en a pris acte, nous n’accueillerons pas le festival Chéries-chéris pour sa 20e édition cette année, a affirmé la responsable des relations presse Diana-Odile Lestage. Malgré un long compagnonnage avec le festival, les difficultés internes de l’association ne permettent pas aujourd’hui d’élaborer le festival dans les temps».

Des dissensions importantes perturbent en effet le fonctionnement de la structure depuis maintenant six mois, puisque Pascale Ourbih et Laurent Bocahut se disputent la présidence de l’association organisatrice du festival sans parvenir à trouver un accord. Chéries-chéris en paye donc aujourd’hui le prix en perdant l’hébergement de l’événement au Forum des images, idéalement situé au centre de Paris. «Nous avons été en contact avec les deux parties, explique Diana-Odile Lesage, mais sans parvenir à trouver une solution. Aujourd’hui, personne ne peut nous donner la programmation du festival, alors que cela doit se faire dès maintenant. Au Forum des images, nous avons nos propres grilles à préparer.»

Le Forum des images a accueilli Chéries-chéris de 1998 à 2005, puis de 2009 à aujourd’hui. «C’était pourtant une tradition, regrette Diana-Odile Lestage. Le Forum des Images est un soutien au cinéma indépendant, au cinéma de niche, mais visiblement l’édition 2014 de Chéries-chéris n’est pas prête.»

UNE SITUATION INEXTRICABLE?
Tous deux contactés par Yagg, les deux prétendant.e.s à la présidence ne trouvent toujours pas de terrain d’entente. «En dépit de ses infractions et de ses comportements agressifs, j’ai tout de même fait un premier pas vers M. Bocahut afin d’entamer des négociations, affirme Pascale Ourbih. L’essentiel étant, bien sûr, le festival, ses 20 ans et il est important d’afficher une communauté LGBT soudée. Je n’ai trouvé que porte close, suite à mes propositions.»

Dans un mail envoyé début mai à Laurent Bocahut, Pascale Ourbih avait émis des propositions afin de préparer ensemble le festival de 2014, mais tout en conservant son statut de présidente, ce à quoi Laurent Bocahut n’a pas donné suite: «Elle continue à se prétendre présidente, nous n’avons en effet pas répondu à sa sollicitation» confirme-t-il à Yagg. Laurent Bocahut rappelle que Pascale Ourbih n’a pas communiqué le bilan comptable de 2013. Dans une lettre adressée aux partenaires, il déplore que le festival perde le soutien du Forum des images et de la Ville de Paris pour ses raisons: «Mme Ourbih refuse obstinément jusqu’à aujourd’hui de produire la moindre facture de l’édition 2013, empêchant par là-même le FFGLP d’éditer son bilan comptable annuel et donc de déposer des demandes de subventions complètes. Mme Ourbih prend le FFGLP en otage et cela est tout bonnement intolérable.» Aujourd’hui, l’un et l’autre continuent de se renvoyer la balle: «Nous essayons de construire, tandis qu’elle essaie de détruire le festival, déplore Laurent Bocahut. «Il ne cesse de m’accuser de jeu personnel. En rejetant toutes mes propositions, c’est lui qui offre au public une mauvaise image de notre collectivité et met en péril le festival, répond Pascale Ourbih». Une bagarre qui se solde par l’échec des négociations avec le Forum des images.

Photo Xavier Héraud