[mise à jour, 16 mai] Remplacement de la vidéo par la vidéo officielle.

L’histoire a fait l’objet d’un film de Stéphane Mercurio et Catherine Sinet, et Gérard Filoche, en parle aisément désormais: au début des années 1980, deux amies de son épouse, en couple, cherchaient un géniteur pour avoir un enfant. Gérard Filoche a accepté d’être cet homme. L’enfant qui est née est sa troisième fille, aujourd’hui âgée de 28 ans.

«Deux amies de mon épouse, militantes elles aussi, et qui vivaient ensemble, voulaient un géniteur, raconte-t-il. Elles ne me l’ont pas demandé à moi, elles l’ont demandé à mon épouse, qui est venue me dire « moi je suis d’accord, qu’est-ce que tu en penses? ». J’ai dit « oui, c’est un droit démocratique » (…) Et depuis toute petite, ça a été tout transparent, il n’y a pas eu de mystère à ce sujet, ni de point particulier.

«Et comme c’était dans les années 80, c’était un petit peu en avance sur tout ce qui s’est dit de façon plus manifeste à ce sujet. Mais au début je ne voulais pas qu’on parle de ça, quand même, parce que je disais, bon, c’est une affaire intime, et puis quand Louise est devenue majeure, il y a eu une proposition de faire un film. J’ai encore été un peu résistant. Puis comme le film a eu lieu et que je trouve qu’il a été fait avec beaucoup de tact par celles et ceux qui l’ont fait, (…) j’en parle un petit peu plus facilement.» «D’autant qu’il y a eu le mariage pour tous depuis, relance Laurent Ruquier, et que vous avez entendu, j’imagine, des choses qui vous ont…» «J’ai même vu ma fille sur des plateaux de télé défendre le fait que comme fille élevée par des homosexuelles, finalement, c’était bien.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪« Elevée par des homosexuelles, finalement c’était bien » Gérard Filoche 10/05/14 #ONPC

La bande-annonce du film (visible en intégralité ici):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Louise, son père, ses mères, son frère et ses sœurs‬