Pris en photo par Terry Richardson, Neil Patrick Harris montre tout (enfin, presque) en couverture de Rolling Stone. Celui que le magazine considère comme la plus grande star ouvertement gay dans l’histoire hollywoodienne se dévoile au long d’une interview. Il confie notamment que faire son coming-out auprès de sa famille a été bien plus difficile qu’avec le public.

Son frère, Brian, raconte que Neil y est allé en trois étapes: «D’abord, il a dit: « Je crois que je vais arrêter de sortir avec des filles pendant un moment. » Et il avait été plutôt malchanceux avec les filles qu’il avait fréquentées jusque là. Probablement parce qu’il était gay! Et ensuite, on a eu une autre conversation sur le fait qu’il aimait les filles, mais qu’il aimait aussi les garçons en quelque sorte. Et on a eu une autre conversation après ça: il aime les garçons.» Dans sa carrière, être homo a été pour lui un atout: «Une fois que toutes les cartes ont été posées sur la table, j’ai eu beaucoup plus de possibilités qu’avant, raconte Neil Patrick Harris. Des comédien.ne.s ne sont pas recruté.e.s parce qu’on ne peut pas regarder dans leur âme et voir qui ils/elles sont vraiment. Ces personnes ne baissent pas la garde.»

Désormais à l’affiche de la comédie musicale Hedwig And The Angry Inch, l’acteur de How I Met Your Mother y interprète une femme trans’, un rôle à l’opposé du séducteur invétéré qu’il incarnait dans la sitcom. «Je ne pensais pas qu’il pourrait y arriver, confie son compagnon David Burtka. C’est tellement le grand écart pour lui. Dans la vie de tous les jours, il n’est pas très féminin.» Pour ne pas être perçu comme homo avant son coming-out, Neil Patrick Harris admet qu’il avait travaillé sur sa gestuelle pour faire plus viril. «Je contrôlais beaucoup la façon dont je me comportais. Mais maintenant que je joue un rôle ouvertement féminin et que j’adore ça, je me rends compte que c’était stupide.»