berangere janelleOuvert début 2014 après une longue rénovation, le Carreau du Temple de Paris accueille du 12 au 28 mai La Nuit des rois ou ce que vous voulez, de William Shakespeare, par la compagnie La Ricotta. Une comédie intemporelle qui se joue des genres pour un spectacle haut en couleurs aux frontières entre le théâtre et le cinéma. La metteuse en scène Bérangère Jannelle (ci-contre) a répondu aux questions de Yagg.

Pourquoi avez-vous choisi cette pièce de Shakespeare? Pour moi, elle est d’actualité, c’est une pièce qui parle de liberté, de transgression, qui est profondément anticonformiste et anti-normative. Elle aborde l’expérimentation et la pluralité des genres en disant que le moi est multiple. L’Illyrie, l’utopie que propose Shakespeare, permet d’accéder à cette multitude d’identités qui est en chacun de nous. La Nuit des rois commence par un naufrage et se termine finalement par cette acceptation très joyeuse des différents genres et des différentes identités. C’est un texte à la fois très sensible et très sensuel.

Avec la nouvelle traduction d’André Markowicz, vous avez choisi le titre La nuit des rois ou ce que vous voulez, à quoi correspond-il? En fait, c’est le titre original! Il a très souvent été tronqué, mais quand on ouvre le livre, on trouve toujours derrière le titre de La Nuit des rois cette mention «What you will», «ou ce que vous voulez». Je voulais justement rester dans cet esprit de la pièce, car le message qu’elle délivre c’est «à vous de choisir», «rien n’est imposé».

la nuit rois 2 500

Vous avez aussi conçu une mise en scène très moderne, proche du cinéma… Le théâtre est un art vivant, il se doit d’être dans son époque. J’ai un respect au cordeau pour le texte de Shakespeare, qui n’a pas été simplifié ou modernisé en quoi que ce soit. Mais je voulais une esthétique qui s’inscrit dans notre époque, avec cette dimension très festive qu’on retrouve dans le spectacle.

Est-ce un moyen aussi de rentre accessible un dramaturge comme Shakespeare? Oui, il y a un vrai désir de transmission et de faire passer ce texte par tous les moyens possibles. Le théâtre de Shakespeare est un théâtre intelligent et exigeant, mais aussi très accessible et destiné à un public très populaire. Même plusieurs siècles plus tard, Shakespeare parle à la jeunesse d’aujourd’hui, d’où l’envie de le dépoussiérer et de ne pas tomber dans une représentation surannée.

la nuit rois 500

Ces derniers temps, tout ce qui touche aux genres dans la culture a été mal vu par une frange conservatrice de la société. Le théâtre et la comédie peuvent-ils, selon vous, aider à décrisper cette situation? Ce spectacle, je l’ai imaginé bien avant toutes ces polémiques. Je considère que toute personne porte en elle du masculin et du féminin, depuis les Grecs, depuis Tirésias, depuis que l’être humain a conscience de lui-même. Je m’inscris contre cette régression absurde qui cherche à interdire des œuvres et des spectacles. Je ne défends aucune idéologie ou théorie. Pour moi, le désir, l’érotisme n’ont pas de genre. L’érotisme est polymorphe. Avec La Nuit des rois ou ce que vous voulez, il s’agit finalement d’un retour aux fondamentaux, avec l’humour et avec une mise en scène contemporaine.

Réservations et informations sur le site du Théâtre de la Ville.

Photos Stéphane Pauvret (images de la pièce) et Carole Martin (Bérangère Jannelle)