L’ancien élu du Front national Richard Jacob a été condamné aujourd’hui à une peine de huit mois de prison et à deux ans d’inéligibilité pour avoir agressé plusieurs personnes le 16 février 2013 lors d’un rassemblement en faveur de l’égalité des droits devant la mairie d’Auxerre. Il s’en était pris à trois manifestant.e.s dont une mineure de 17 ans et avait lancé au président de l’association Traits d’Union, Fabrice Donat, qui avait tenté d’entamer le dialogue: «Je ne parle pas aux pédés».

Condamné à six mois de prison avec sursis et à deux ans d’inéligibilité avec 2000 euros d’amende le 6 juin 2013, Richard Jacob avait été reconnu coupable de violences, mais les poursuites pour provocation à la haine et à la discrimination n’avaient pas été retenues. Il avait décidé de faire appel.

Aujourd’hui, mercredi 7 mai, l’ancien élu du FN a finalement été condamné à une peine plus importante que celle retenue en première instance. La cour d’appel a, elle, retenu la provocation à la haine et à la discrimination. En outre, au lieu d’un euro symbolique à verser aux associations parties civiles, Richard Jacob devra s’acquitter d’une somme de 800 euros de dommages et intérêts.

Contacté juste après l’audience du 6 mars dernier, Fabrice Donat avait décrit un homme particulièrement agressif:

«Il a tenu des propos infects, disant que c’est nous qui l’avions cherché, qu’il avait été agressé et qu’il n’avait insulté personne. Selon lui, il y avait plein de drapeaux arc-en-ciel alors qu’il n’y en avait qu’un seul. Il considérait que c’était une affaire politique contre lui.»

Photo Capture