«La Jeanne est censée représenter tous les Orléanais», a expliqué Christophe Desportes-Guilloux, un Orléanais déçu que cette année, la Jeanne choisie pour les fêtes johanniques de la ville affiche sur Facebook ses liens avec la «Manif pour tous», les Hommen ou encore l’Observatoire de la christianophobie, autant de mouvements qui ont démontré leur homophobie en se prononçant contre l’ouverture du mariage et l’égalité des droits pour les personnes LGBT. Militant – il est délégué aux questions de parentalité au sein de HES – il a décidé de ne pas assister au traditionnel défilé qui rassemble les habitant.e.s et a annoncé sa décision sur Facebook.

Félicité Lemaire de Marne, qui a notamment adhéré à la page «Hollande Démission» assure n’être ni «homophobe ni anti-gouvernement». Elle a reconnu avoir commis une «erreur» et a épuré son profil sur le réseau social. Opposée au mariage de couples de même sexe, elle indique avoir «ses convictions», mais dissocie ses prises de position du personnage qu’elle incarnera lors du défilé: «Jeanne d’Arc est là pour rassembler», a-t-elle insisté. Pour l’organisatrice du défilé, Marie-Christine Bordat-Chantegrelet, il s’agit avant tout d’une «maladresse». «Toute récupération de Jeanne d’Arc par un quelconque groupe, parti, clan, est condamnable, a-t-elle souligné. Sa grandeur, c’est qu’elle est au-dessus de ça. Elle appartient à tout le monde.» À lire sur La Rép.