Dans une tribune publiée ce lundi 5 mai sur Le Huffington Post, la sénatrice EELV Esther Benbassa a annoncé qu’elle et le député ouvertement gay Sergio Coronado (EELV) déposeront mercredi une proposition de loi pour étendre la PMA aux couples de femmes. Ce dernier, élu des Français.es de l’étranger est également le co-auteur, avec Véronique Massonneau (EELV), d’un amendement à la proposition de loi sur l’autorité parentale et l’intérêt de l’enfant avancée par Marie-Anne Chapdelaine et Erwann Binet et qui doit être examinée demain en Commission des lois.

DÉSHONNEUR DU GOUVERNEMENT
Dans l’exposé des motifs de cet amendement, les deux député.e.s rappellent qu’il relève de l’intérêt de l’enfant d’avoir une filiation établie à l’égard de ses parents, ce que le tribunal de grande instance de Versailles a empêché en interdisant une adoption par la mère non-biologique au motif que le recours à une PMA à l’étranger serait une «fraude à la loi». Se rapprochant du modèle de filiation automatique récemment adopté en Belgique, l’amendement établit que tout enfant «conçu ou né pendant le mariage d’un couple composé de deux femmes, qui résulte d’un projet parental commun et qui est sans filiation paternelle connue, a pour parent la conjointe de sa mère».

Pour Esther Benbassa, il est urgent désormais de légiférer sur la PMA, le fait que le gouvernement veuille mettre la priorité sur l’emploi n’empêchant aucunement de se battre en même temps sur d’autres questions. La sénatrice pointe du doigt la frilosité du gouvernement mais aussi celle de parlementaires soumis «au poids de la religion» et peu enclin.e.s à se prononcer pour l’égalité sous «l’œil sévère et renfrogné de l’Église». L’annonce, par le gouvernement, de l’abandon de la PMA est pour elle une marque de déshonneur qui tombe mal à quelques jours des élections européennes et alors même que les élections municipales ont vu une forte abstention, notamment parmi les électeurs/trices de gauche.

Les déclarations de José Bové sur la PMA ont par ailleurs surpris Esther Benbassa pour qui l’opposition de l’altermondialiste à cette avancée est «un regrettable faux pas politique». Le député européen a estimé qu’il s’agissait d’une «manipulation sur le vivant». «Sur la PMA, José Bové peut avoir des réserves et les exprimer, écrit la sénatrice. Mais cette « manipulation sur le vivant », c’en est un peu trop. Nous interdira-t-on aussi de prendre des antibiotiques pour laisser les bactéries se développer librement, ou même de prendre la pilule…? Un militant EELV s’indignant des propos tenus par notre tête de liste remettait clairement les choses en place, écrivant: « La PMA n’est en rien une manipulation du vivant et les enfants qui naissent ne sont pas des bébés OGM. Il n’y a aucune modification génétique, juste la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. »»

En 2012, le fait qu’Esther Benbassa dépose une proposition de loi ouvrant le mariage avait incité le gouvernement à aller plus vite sur cette réforme.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Esther Benbassa, sénatrice EELV, veut «stimuler» les socialistes

Photos Yagg (Esther Benbassa et Sergio Coronado), Capture (Véronique Massonneau)