Après plus de 25 ans passés avec Mark Andrew, l’évêque ouvertement gay Gene Robinson a annoncé son divorce sur The Daily Beast. Les deux hommes avaient contracté une union civile en 2008 avant de se marier en 2010 dans le New Hampshire, aux États-Unis. En retraite anticipée depuis le 5 janvier 2013, l’évêque épiscopalien était entré dans ses fonctions en 2004. Le fait qu’il soit homosexuel avait provoqué d’importants remous au sein de la communauté anglicane.

«LES COUPLES GAYS ET LESBIENS ONT LES MÊMES PROBLÈMES QUE LES HÉTÉROS»
Ces tensions ont constitué des moments difficiles à vivre pour Gene Robinson, qui a tenu à exprimer sa reconnaissance à son ex-mari: «Je ne pourrai jamais le remercier assez d’avoir été à mes côtés pendant les épreuves que j’ai traversées ces dix dernières années. Je lui serai toujours reconnaissant, et comme je le dis toujours aux couples lors des sessions de préparation au mariage: « Le mariage est éternel, et la relation que l’on a avec l’autre dure toujours – que ce soit de façon positive ou négative – même si le mariage prend fin de façon formelle. »»

Pour lui, son histoire montre que les couples hétérosexuels et homosexuels connaissent les mêmes problèmes: «En tant que militant pour les droits des personnes LGBT et l’égalité des droits, je me console au moins un petit peu de constater que comme dans n’importe quel mariage, les couples gays et lesbiens connaissent les mêmes complications et les mêmes travers que ceux qui touchent les couples hétérosexuels. Quand nous prononçons nos vœux, nous essayons tou.te.s avec sincérité, de parvenir à l’idéal du « jusqu’à ce que la mort nous sépare ». Mais nous ne sommes pas tou.te.s en mesure de voir le jour où, effectivement, la mort nous sépare.»

Gene Robinson a souhaité garder privées les raisons qui les ont poussés, Mark Andrew et lui, à divorcer, indiquant simplement qu’il y avait eu «des opportunités ratées de dire et de faire des choses qui auraient pu faire la différence, des chemins non empruntés, des déceptions subies mais pas confrontées». L’évêque souhaitait rendre cette nouvelle publique pour faire preuve de la même honnêteté que celle qu’il a démontrée «en sortant du placard en 1986, en tombant amoureux, et en acceptant de devenir le premier évêque ouvertement gay de la chrétienté dans une lignée historique qui remonte aux apôtres». Il avait eu deux enfants nés d’un premier mariage. Depuis 2010, il n’est plus le seul évêque ouvertement homo, puisque Mary Glasspool, ouvertement lesbienne, a été consacrée évêque.

Via BBC.

Photo Capture