À moins d’une semaine du concours de l’Eurovision qui se tiendra cette année à Copenhague, la candidature de Conchita Wurst continue de susciter la polémique. Plusieurs pays s’insurgent contre la chanteuse qui représente l’Autriche avec la chanson Rise Like A Phoenix, notamment la Russie, peu encline à soutenir une artiste qui se joue des genres.

«PROPAGANDE FLAGRANTE DE L’HOMOSEXUALITÉ»
C’est notamment Vitali Milonov, l’homme politique russe à l’origine de la loi criminalisant la «propagande homosexuelle» à Saint-Pétersbourg, qui est monté au créneau contre Conchita Wurst. Après avoir demandé un boycott du concours, il a préféré exiger le retrait de la candidate autrichienne. Dans une lettre, le député tient des propos particulièrement violents à son encontre, mais fustige aussi l’Eurovision en elle-même: «Ne serait-ce que diffuser cette compétition en Russie pourrait insulter des millions de Russes. La participation de Conchita Wurst, qui est indéniablement travestie et hermaphrodite sur la même scène que des chanteuses russes en direct à la télévision est une propagande flagrante de l’homosexualité et un déclin spirituel.» Des pétitions russes ont par ailleurs recueilli plusieurs milliers de signatures: «Cette compétition internationale et populaire que nos enfants vont regarder est devenue le berceau de la sodomie à l’initiative des libéraux européens. La Russie est un des seuls pays européens qui cherche à maintenir des valeurs familiales normales et saines basées sur l’amour et le soutien mutuel entre homme et femme.»

CONCHITA WURST A RÉPONSE À TOUT
Un candidat a aussi décidé d’ajouter son grain de sel au lynchage médiatique autour de Conchita Wurst, l’arménien Aram MP3, qui a qualifié le mode de vie de la chanteuse de «non naturel» et estimé qu’elle devait «choisir entre être un homme ou une femme». Avec la chanson Not Alone, Aram MP3 fait déjà partie des favoris pour remporter la compétition. Mais Conchita Wurst a répondu à son adversaire, avec le calme et la pédagogie qui la caractérisent:

«La barbe est une manière de dire qu’on peut accomplir tout ce qu’on veut, peu importe qui on est et à quoi on ressemble. Si vous avez un problème pour comprendre ça, alors je serai ravie de m’asseoir avec vous et de vous l’expliquer de façon plus détaillée.»

Le chanteur arménien a depuis fait part de ses excuses pour ce qu’il a dit être une mauvaise blague.

Alors que le Danemark se prépare à relever le défi d’accueillir une édition encore plus LGBT-friendly que la précédente (souvenez-vous!), ce climat tendu autour de la candidate autrichienne va-t-il entacher la fête? Réponse à partir de demain où débuteront les festivités à Copenhague, et notamment les mariages de trente couples, dont trois couples homos russes.

Photo Ailura