L’actrice canadienne, à l’affiche du prochain X-Men, a été invitée par Ellen DeGeneres à participer à son émission, The Ellen DeGeneres Show. L’occasion pour elle de revenir évidemment sur son coming-out mémorable. Plus qu’une simple interview, cette rencontre entre les deux femmes est un vrai beau moment de télévision, une sorte d’échange d’expériences, dont les premières images sont déjà visibles en attendant la diffusion de l’émission sur la chaîne américaine NBC le 27 mai.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Ellen Page on Coming Out

«Je savais que j’allais être plus heureuse, raconte Ellen Page. Je n’avais juste pas anticipé à quel point j’allais l’être dans chaque aspect de ma vie. C’est un tel soulagement et un tel confort. Et ça a été vraiment extraordinaire de ressentir le basculement. C’était presque instantané.» Elle se remémore aussi à quel point l’avant coming-out a été difficile, notamment du fait de toujours dissimuler une partie d’elle-même:

«C’est toxique. On pense qu’on est très à l’aise d’être homo, qu’on est heureux d’être homo, qu’on aime être homo, et honnêtement je ne m’en rendais pas compte jusqu’à ce que je prenne cette décision de faire mon coming-out, mais en fait, non, je portais un poids énorme de honte et de culpabilité de ne pas être out, et je me sentais isolée de la communauté LGBT. Et maintenant je ne le suis plus.»

«Tu as l’air plus détendue, approuve Ellen DeGeneres, ça doit être lié au fait que tu n’as plus à t’inquiéter que quelqu’un te surprenne en train de mentir. Je sais ce que ça fait quand tu es dans une émission et que tu t’attends à ce que quelqu’un te dise « t’es homo! Je sais que t’es homo! »» «Mais oui, c’est tellement agréable d’être au boulot et de juste parler d’une ex, ou bien de porter ce que tu veux sans que ça déclenche une conversation, d’avoir le sentiment d’être soi-même. C’est génial d’avoir des gens qui viennent me voir pour me raconter leur histoire ou me dire « je suis dans le placard, t’as pas un conseil? ». Ce sont de beaux moments de partage avec les autres.»