L’association Kap Caraïbe, qui vient en aide aux personnes LGBT en Martinique, a décidé de porter plainte contre Facebook pour diffusion d’appel à la haine contre les homosexuel.le.s. Dans un communiqué de presse, elle explique les raisons qui l’ont poussé à entreprendre une action en justice, car c’est au départ un groupe Facebook nommé Les masques tombent qui était visé par l’association: «Le groupe a été créé dans l’intention d’ »outer » (annoncer publiquement l’orientation sexuelle) des « caïds » martiniquais en publiant des conversations Facebook privées ainsi que des photos volées. Outre le fait que cette démarche soit condamnable, le groupe s’est très rapidement transformé en un défouloir public. Comptant à ce jour plus de 9000 membres, le « mur » du groupe regorge de propos incitant à la haine, incitant au suicide et contient de multiples propos homophobes et transphobes.»

Dans son communiqué, l’association LGBT donne quelques exemples de ce que certain.e.s personnes ont posté en toute impunité:

«Il est notamment possible d’y lire en créole: « si en nonme ka coucher epi en nonme il mérite la mort » (si un homme couche avec un autre homme il mérite la mort), « pété yo sévèrement » (défoncez-les durement), ou encore la publication « penn co zot messié » (messieurs, pendez-vous) accompagnée d’une photo représentant la pendaison d’un homme.»

Kap Caraïbe a donc logiquement signalé la page auprès de Facebook, qui n’a cependant rien fait: «Le réseau social laisse se développer une ambiance de plus en plus homophobe puisque plusieurs autres groupes de ce type ont fleuri sur le net ces dernières semaines, groupes crées en Martinique. Les réseaux sociaux se doivent pourtant de respecter les lois des États dans lesquels ils se diffusent d’autant que l’incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle est contraire à la loi française.»

Photo Kap Caraïbe