Les effets d’annonce de Marisol Touraine sur la fin de l’interdiction des soins funéraires aux séropositifs et malades atteints d’hépatite, n’y ont rien changé. Cette interdiction est toujours bien réelle.

Malgré les 93000 personnes qui ont signé la pétition d’Elus locaux contre le sida (ELCS), malgré les avis des plus hautes instances comme le Haut Conseil à la Santé Publique ou le Conseil national du sida, malgré l’engagement de nombreuses personnalités, ce problème n’est toujours par réglé.

 

Lassé, Jean-Luc Romero, président d’Elus locaux contre le sida en appelle au Président de la République à qui il adresse une lettre ouverte.

Monsieur le Président de la République, cette situation est inhumaine : rajouter de la souffrance à un moment de choc aussi dur que l’annonce d’un décès, empêcher le deuil, discriminer les malades même après leur mort … est-ce une solution dont la France, pays des Droits de l’homme, puisse réellement s’honorer ? Je vous laisse seul juge.

[…] C’est pour tout cela, monsieur le Président de la République que j’en appelle à vous. Pour protéger la santé des professionnels que sont les thanatopracteurs. Pour mettre fin à une discrimination inhumaine. Pour que nos morts ne soient plus des pestiférés. Pour affirmer que chaque défunt a droit au respect. »

Jean-Luc Romero sera l’invité de l’émission Ma Libre Antenne, le mardi 29 avril, à 19 heures.

Photo Présidence de la République/Raymond Depardon