A l’âge de onze ans, Antonia Ayres-Brown voulait une figurine de super-héro dans son menu de fast-food, mais l’employé au comptoir ne voyait pas les choses ainsi. Aujourd’hui, à force de recherche avec son père auprès des établissements et de courriers aux dirigeants de la chaine, ses efforts ont fini par payer. Les actions de cette lycéenne américaine ont permis de faire réaliser à certains responsables d’établissements que les jouets offerts avec les menus des enfants ne devraient pas être distribués suivant le sexe des enfants mais bien par rapport à l’intérêt de ces derniers.

Ce sont ces stéréotypes qui ont donné envie à Ros et James Bal, parents d’une fille de trois ans et d’un garçon de deux ans, de lancé le Baby Gender Diary. Une série de réflexions sur la vie de leurs enfants chaque fois qu’ils sont confrontés à des préjugés, des clichés liés au genre. Des stéréotypes répandus par la grande distribution qui profite de la séparation des jouets selon le sexe de l’enfant.

A lire sur le site des nouvelles news (accès payant).