La rappeuse Angel Haze tient régulièrement une tribune sur le site Noisey. Dans la dernière en date, elle revient sur l’homophobie qui règne dans le hip-hop, sans bien entendu rien perdre de sa verve bien connue.

«Je n’ai pas d’histoire de coming-out, parce que je crois que personne n’a besoin de faire son coming-out. Je ne pige pas la fascination pour le fait d’être gay, lesbienne, bisexuel.le. Il n’y a pas de séparation entre les droits des homos et et les droits humains, c’est juste complètement con. Être homo dans le hip-hop est encore stigmatisé. Il y a tellement de gens dans ce monde qui sont dans le placard. J’imagine que je suis out mais les gens me questionnent tout le temps sur ma sexualité et je leur réponds toujours que ça n’a pas d’importance, on n’est pas dans une situation sexuelle donc tu n’as pas besoin de le savoir. […]

«Alors je n’utilise pas de pronoms pour genrer dans ma musique. Pour moi, elle doit rester universelle, quelque chose auquel tout le monde peut s’identifier; si tu aimes les garçons, si tu aimes les chiots, on s’en tape. Je pense que c’est pour ça que je garde ma vie privée et mes sentiments loin de ma musique ou de la façon dont je suis censée agir parce que je suis une rappeuse pansexuelle ou queer ou ce qu’on voudra. Mais parce que je n’ai pas fait mon coming-out, ça ne veut pas dire que c’était facile. J’en ai bavé. Beaucoup de mes ami.e.s m’ont dit en gros « les bisexuel.le.s sont dégueulasses, tu ne sais pas ce que tu veux ». Le pire ça a été ma famille, ma mère a dit que j’allais brûler en enfer.»

Dans sa reprise de Same Love, dont elle a réadapté les paroles, Angel Haze avait en effet mentionné ce moment douloureux de son adolescence: «Same Love, c’est pour les fans dont j’ai reçu des messages disant « je me déteste d’être homo, je passe pas une journée sans souhaiter d’être hétéro. » Pourquoi? Pourquoi tu voudrais être autre chose que ce que tu es.»

Photo Capture