Si la chanson n’est pas nouvelle, la vidéo vient tout juste d’être dévoilée, qui met en valeur et en action les paroles sur l’image de soi, l’acceptation de son corps, l’orientation sexuelle et, par extension, l’identité de genre (attention, les paroles et les images peuvent être douloureuses pour certain.e.s, de même que l’histoire de cette chanson, racontée ci-dessous):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Mary Lambert – Body Love (Medley)‬

La vidéo a été précédée d’une campagne de la chanteuse sur Instagram et sur un site dédié pour inviter ses fans à aimer leur corps et à expliquer pourquoi elles/ils l’aiment. Tous les jours, depuis le 15 avril, Mary Lambert publie une photo d’une partie de son corps et partage celles qui lui sont envoyées.

«En tant que lesbienne, une femme XXL, une survivante d’inceste et de viol née dans la pauvreté, j’ai passé une bonne partie de ma vie dans la culpabilité. Toutes ces identités qui font partie de moi ont eu des effets sur mon corps d’une façon ou d’autre autre, la plupart du temps de façon négative, surtout lorsque j’étais ado, explique-t-elle. Je me goinfrais, je me coupais, je couchais avec toute personne qui me considérait, et je buvais à en perdre conscience. J’ai fait un vœu à 21 ans, quand j’ai écrit la dernière version de mon poème, Body Love, que mon attitude autodestructrice prendrait fin lorsque ce texte verrait le jour.»

«J’écris ces choses de mon point de vue, de mon expérience de femme ronde, poursuit-elle. Je ne peux pas vous dire ce que c’est d’être trop grande pour trouver des vêtements dans les grands magasins, ou trop fine pour porter des vêtements courants, ou d’être critiqué parce qu’on n’est pas un homme assez costaud. Mais je sais ce que c’est d’être à la fois invisible et la cible de commentaires brutaux et méchants.»

«Il y a quelques mois, ma girlfriend m’a embrassé le ventre juste parce qu’elle l’aime, parce qu’elle aime toutes mes parties, et je me suis mise à sangloter sans pouvoir m’arrêter. J’ai beau dévoiler mon âme sur scène dans tout le pays, j’étais effroyablement secouée par ce geste d’amour pur.»

Une version champêtre (2012):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Mary Lambert – Body Love‬

La version 1 Mic 1 Take (un.e artiste, un micro, un studio mythique…):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Mary Lambert – Body Love (1 Mic, 1 Take)‬

Via SheWired.