Il y a un an jour pour jour, le 23 avril 2013, l’Assemblée nationale adoptait en deuxième lecture le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, après des mois de débats sous tension. Mais sans la PMA, d’abord annoncée dans une loi Famille pour le printemps 2014, puis finalement abandonnée en février. Entre temps, victime du remaniement, la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, a cédé sa place mercredi 9 avril à une secrétaire d’État à la Famille, la sénatrice PS de l’Oise Laurence Rossignol, connue pour son soutien sans faille à l’égalité des droits au moment des débats sur le mariage pour tous.

LE MARIAGE POUR TOUS, UNE LOI «IRRÉVERSIBLE»
Depuis, la nouvelle secrétaire d’État a pris ses fonctions et a annoncé qu’elle recevrait les opposant.e.s au mariage pour tous, qu’elle considère, dans une interview accordée à Metronews ce mercredi 23 avril, «comme d’autres associations concernées, des interlocuteurs». Ce sera chose faite le lundi 28 avril à 16h, confirme sur Twitter Albéric Dumont, coordinateur général de la «Manif pour tous». «Je ne suis pas là pour négocier ni pour leur donner des contreparties, poursuit Laurence Rossignol. En revanche, je vais recevoir des représentants de la “Manif pour tous” et de l’Avenir pour tous (le mouvement dissident crée par Frigide Barjot, ndlr) à l’occasion de la préparation de la proposition de loi sur la famille, qui va être discutée au Parlement dans quelques jours.»

Au sujet de la loi sur le mariage pour tous, la secrétaire d’État est catégorique : «Ce débat est maintenant derrière nous. Et je prends le pari que cette loi est irréversible: si un jour une autre majorité nous succède, elle ne reviendra pas en arrière.» Elle ajoute: «Je crois que c’est une loi qui est déjà entrée dans les mœurs. Elle est simplement appelée à se banaliser, parce que la société est prête à accorder ces nouvelles libertés même si des oppositions se sont exprimées.»

LA PMA, «PAS À L’ORDRE DU JOUR»
Mais dans la suite de l’entretien, Laurence Rossignol exprime les mêmes réserves sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes dans une prochaine loi Famille. «Tout est clair, puisque la PMA n’est pas dans la proposition de loi à venir sur la famille, rappelle-t-elle. Ce sujet sera longtemps en débat dans la société française. Mais, dans l’immédiat, le moment n’est pas à légiférer. Il faut arrêter de créer des polémiques sur des sujets qui ne sont pas à l’ordre du jour.» Et de poursuivre: «Je suis favorable à ce que la loi vienne consacrer les évolutions de la société, mais pas qu’elle les précède.» Laurence Rossignol conclut:

«Je ne décrète rien, je m’inscris seulement dans la continuité du gouvernement précédent, qui a retiré le projet de loi sur la famille et la disposition liée à la PMA. La société va continuer de s’approprier ces questions et de se forger son opinion à son rythme. J’ai confiance.»

Photo Capture