Les médias nord-coréens ont violemment attaqué le président de la commission d’enquête chargé du rapport sur les droits humains, Michael Kirby (photo), un ancien juge de la Cour suprême australienne. L’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) l’a en effet qualifié de «vieux pervers dégoûtant avec une longue carrière de quarante ans d’homosexualité», ajoutant qu’il était «ridicule que de tels homos s’occupent des questions de droits humains des autres pays». La KCNA a de plus raillé sa volonté d’épouser son compagnon: «Il a plus de 70 ans, mais il a toujours en tête de se marier avec son partenaire.»

UNE ACTION INTERNATIONALE CONTRE LE RÉGIME NORD-CORÉEN
Derrière ces insultes, se cache surtout le fait que la Corée du Nord n’apprécie pas du tout le rapport de 372 pages que Michael Kirby a remis le mois dernier aux Nations Unies. Le 17 avril, l’ancien magistrat a recommandé devant le Conseil de sécurité que la Cour pénale internationale soit saisie contre les dirigeants de la Corée du Nord. Le rapport met en lumière une situation catastrophique: le déni de toutes les libertés fondamentales, un système de classes omniprésent qui affecte chaque domaine de la vie, des discriminations envers les femmes dans l’ensemble de la société, l’accès à la nourriture utilisé comme un moyen de contrôler la population, les centaines de milliers de prisonnier.e.s politiques mort.e.s dans des conditions terribles, et un climat de peur entretenu par la violence et des sanctions arbitraires. Michael Kirby réclame aujourd’hui une action internationale:

«À la fin de la Seconde guerre mondiale, tant de gens ont dit « si seulement nous avions su… si seulement nous avions su le mal qui a été fait dans les pays des forces hostiles, a-t-il déclaré lors de la conférence de Genève. Et bien, maintenant la communauté internationale sait… Il n’y aura plus d’excuses pour ne pas agir car nous ne savions pas. Il y a eu trop de rapports et rien de fait. Il est temps d’agir.»

SE MARIER, FAIRE DES ENFANTS: UN DEVOIR ENVERS L’ÉTAT
Selon NK News, c’est la première fois que l’agence officielle de la Corée du Nord s’attaque à quelqu’un au motif de son orientation sexuelle. Pour le journaliste Oliver Hotham, il n’est pas surprenant que le discours officiel de la dictature de Kim Jong-un soit profondément homophobe:

«Une part de leur attitude envers l’homosexualité est aussi due à leur comportement culturel selon lequel se marier et faire des enfants est vu comme un devoir, notamment envers l’état. Un homme qui n’a pas fait cela a négligé les besoins de sa communauté pour ses propres besoins égoïstes.»

Un constat qui prend tout son sens au regard des attaques verbales contre la présidente du pays voisin, la Corée du sud. Car avant les insultes homophobes, des médias nord-coréens s’étaient essayés au même genre de refrain dans le registre de la misogynie en s’en prenant à Park Geun-hye et en la traitant de «salope»: «Elle ne s’est jamais mariée, n’a pas eu d’enfants. C’est vraiment ridicule qu’un animal à sang-froid comme elle parle des droits humains, en faisant semblant de s’inquiéter pour les femmes et les enfants.»

Photo Capture