La Chambre des Représentant.e.s de Caroline du Sud entend lutter à sa manière contre les droits des personnes LGBT. Dans deux décisions votées en mars, elle a refusé d’accorder des subventions à deux universités qui ont inscrit des ouvrages LGBT dans le cursus des étudiant.e.s. L’un des livres concernés est la bande dessinée autobiographique Fun Home, de l’auteure lesbienne Alison Bechdel, où celle-ci raconte son coming-out et la découverte de l’homosexualité de son père (lire Alison Bechdel: «Écrire sur les autres donne un certain pouvoir, il faut faire attention» ). L’autre est intitulé Out Loud et reprend les témoignages de personnes LGBT ayant grandi dans le sud des États-Unis.

Un rassemblement étudiant a eu lieu hier, lundi 21 avril, dans une université publique de Caroline du Sud, l’université de South Carolina Upstate, privée de 12000 euros pour avoir mis en avant Out Loud. Des étudiant.e.s ont protesté contre ces décisions politiques, estimant qu’elles vont à l’encontre de la diversité et nuisent à la qualité de leur éducation. «Si les universités publiques veulent traiter de la pornographie et de ce qu’elles voient comme un style de vie alternatif, elles peuvent le faire avec leur propre argent et devenir privées», a répliqué le sénateur républicain Lee Bright, comme le rapporte Fox Carolina.

«DÉTESTENT-ILS LES BANDES DESSINÉES?»
Le représentant républicain Garry Smith veut aller plus loin en votant contre une subvention de près de 38000 euros à l’université de Charleston – également publique – qui a encouragé ses étudiant.e.s de première année à lire Fun Home. Tous les ans, un ouvrage est ainsi promu par l’établissement, qui n’oblige toutefois pas les étudiant.e.s à le lire. Mais pour Garry Smith, l’université s’est montrée autoritaire: «Leur position, c’est: « Si tu ne veux pas le lire, on va te l’enfoncer dans la gorge », a-t-il indiqué à CNN. Ce n’est pas de la liberté académique, c’est du totalitarisme académique!»

Publiée en 2006, la bande dessinée d’Alison Bechdel a depuis fait l’objet d’une adaptation pour une comédie musicale (qui pourrait à terme être jouée à Broadway). Les comédien.ne.s et l’équipe de création de la pièce, dont Alison Bechdel, se sont rendu.e.s hier à l’université de Charleston pour un concert afin de montrer leur soutien à l’équipe pédagogique. «Je ne vois toujours pas ce que les législateurs de cet État ont à reprocher à ce livre (détestent-ils les bandes dessinées?), a confié Alison Bechdel dans un mail à Playbill. Mais il y a quelque chose de particulièrement malsain et choquant dans la censure qu’ils veulent imposer à Fun Home qui parle justement des conséquences de la honte et du secret. J’ai eu droit à une merveilleuse visite du campus à l’automne dernier, mais j’ai vraiment senti l’ambiance très conservatrice. Les gens étaient très polis, mais il y avait moins de monde que ce à quoi je suis habituée. Le petit groupe d’étudiant.e.s ouvertement homos était très heureux de me voir, et ces personnes m’ont confié des histoires très émouvantes sur leur propre vie.»

Sollicité par le New York Times, le porte-parole de l’université pour les arts de la scène a insisté sur le fait qu’aucun denier public n’avait été utilisé pour faire venir l’équipe de Fun Home.

Photos Susan Kattwinkel (manifestation de soutien à l’université de Charleston) / Donnetta Lavinia